Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Une attitude plus que déplacée | Agnèle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 618
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 653

MessageSujet: Une attitude plus que déplacée | Agnèle   Sam 21 Fév - 15:37



Une attitude plus que déplacée
rowena & agnèle ۰ ocean.


Accoudée au bateau qui la ramenait en Archenland, Rowena réfléchissait, ou semblait le faire tandis qu'elle regardait d'un œil triste les côtes Calormènes s'éloigner inexorablement. Elle avait retardé le départ au maximum, sortant sur les marchés atypiques de Tashbaan, accompagnant Lyssa dans les rues fréquentables de la capitale. Elle était même passée chez son père qui encore une fois était absent. Tout ça pour finalement partir, chargée de regrets. Son royaume lui manquerait éternellement jusqu'à ce qu'elle y retourne définitivement. Quoiqu'elle espérait une météo plus clémente... Après le bal, ça avait été la panique totale. Tout le monde s'inquiétait, on parlait déjà de malédiction. Sans doute avait-elle quitté la ville avant les premiers meurtres dus à l'angoisse de l'apocalypse toute proche. Ridicule... Pourquoi diable Tash aurait-il abandonné ainsi ses fidèles ? Peut-être était-ce simplement pour effrayer la populace narnienne et archenlandaise qui avait envahi les environs pour l'événement, rapportant ses critiques de précieuse.

Le vent était froid. Dire qu'à l'aller elle croyait mourir de chaud après quatorze ans sans revenir au pays. La température semblait d'ailleurs plus basse que lorsqu'ils étaient partis. Et pourtant ça ne faisait que quelques heures. Chacun s'était installé dans les petites cabines. Petites oui. Si le voyageur en voulait une grande il devait mettre le prix fort. Chose que Rowena aurait pu faire avec l'or accumulé. Mais elle trouvait inutile de le gaspiller pour un soi disant supplément de confort. La traversée durait quelques jours et quelques nuits. Quand on dort dans une grotte, en pleine forêt, avec parfois l'humidité due à la dernière pluie, tout abri totalement sec, peu importe sa nature, paraît plus confortable. Surtout que les repas étaient convenable, nourrissants. Rien comparé à sa soupe, certes, mais ça n'était déjà pas si mal.
Après de longues minutes de réflexion, elle sortit de sa rêverie pour marcher un peu sur le pont, questionnant les mousses sur leur ressenti face à cette "aventure". Certains avaient un peu le mal de mer et se plaignaient de ne trouver aucun remède dans leurs cabines. La guérisseuse trouvait là de nouveaux clients à qui refourguer ses potions miracles. Enfin, elle les donnerait à la fin, histoire de ne pas se faire frapper pour arnaque sur le navire.

Chacun vaquait à ses occupations quand soudain tout le monde s'arrêta net. Quelqu'un hurla qu'un oiseau venait de faire ses besoins au-dessus de lui. Un autre criait déjà au feu. Ca n'était rien de tout cela. C'était juste de la neige. En plein océan oriental. Si c'était une blague des dieux elle était de très mauvais goût. Et si encore ça n'avait été que quelques flocons ! Ils avaient droit à une vraie tempête de neige. Les marins ne savaient plus où donner de la tête, le capitaine vidait sa bouteille de rhum pour tromper sa panique naissante. Puis il reprenait les commandes, en homme fort. Il maintenait le cap, rassurait les passagères affolées.
Le vent était un peu plus fort et il fallait vociférer pour se faire entendre de son voisin. Il faisait si froid d'un coup qu'on sortit des cabines ce qu'on avait de plus chaud. Ou alors on retournait dedans. Les frileuses s'installaient sous leur couette et rares étaient ceux à rester à l'air libre. Rowena en faisait partie, protégée par son espèce de manteau de fourrure épaisse. Elle observa avec un œil étonné l'amas blanc qui se formait à ses pieds et un peu partout sur le pont. Il y en avait manifestement assez pour faire un bonhomme de neige, ou une bataille.

Ce qui retint son attention, plus que toute cette pagaille, ce fut un homme apparemment éméché qui contait fleurette aux dames restées dehors. Un vrai goujat qui passait de l'une à l'autre sans faire attention à son haleine certainement peu ragoûtante vu la grimace des demoiselles... Agacée par une telle attitude impardonnable, Rowena s'approcha de lui après que la dernière femme soit partie. Elle avait tapoté son épaule de l'index et attendit sagement qu'il se retourne pour étaler une bonne dose de neige sur son visage avant de lui en fourrer dans la bouche. - Ca vous apprendra à courir après toutes les filles ! Pauvre gueux que vous êtes ! Elle lui lança un de ses plus sombres regard noir, guettant la moindre justification abstraite. Il avait des cheveux d'un blond très clair et des traits qu'elle qualifiait de fins. Dommage qu'il tienne si mal l'alcool Calormène puisque de toute évidence, c'était un étranger venu spécialement pour le bal.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Narnienne
Messages : 37
Célébrité : Gabriella Wilde
Âge : 21 ans
Humeur : garçone!
Points : 10

MessageSujet: Re: Une attitude plus que déplacée | Agnèle   Sam 21 Fév - 21:19




La panique engendrait par l'étrange apparition lors du bal ne nous avait pas totalement suivit. Et moi-même, j'étais fort heureux de constater que le grabuge ne faisait pas fuir les plus belles tourterelles présentes à bord du navire qui nous ramènerait dans nos pays d'origines. Cette caravelle me faisait rire, en cas de problème météorologique, elle ne tiendrait que peu de temps, absolument pas préparée pour ce genre de phénomène. J'avais l'impression que de vagues souvenirs de marins affluaient à mon esprit, mais je me sentais encore un peu vague dans mes pensés. Je n'ai jamais été très solide avec l'alcool, et mon arrivée sur le bateau est même assez brumeuse, pourtant, je me souviens parfaitement de l'étrange sort qui s'est déroulé lorsque nous étions tous captif du palais. Comme si... Non je ne sais pas, j'ai l'impression de me perdre dans des souvenirs qui ne m'appartiennent pas, et cet elfe blond complétement stupide semble pourtant me rappeler quelqu'un...

Pour me remettre les idées en place, je décidais d'aller courser les belles demoiselles qui se trouvaient sur le pont, je n'en avais pas eus l'occasion lors du bal, j'étais arrivé bien trop tard et la catastrophe démarrée tout juste avait refroidit - dans tous les sens du terme - l'atmosphère. Mon large manteau de coton bordé de fourrure blanche me tenait chaud malgré l'air frais que l'on avait récupéré, et je rehaussais le col à jabot de ma chemise en quittant ma cabine. Le confort était, je trouve, bien trop minimaliste, mais je ne me souvenais même pas des conditions dans lesquelles je l'avait réclamée, tout comme je ne me souvenais pas non plus du pourquoi j'étais aussi... fatigué. J'avisais à quelques mètres de moi, trois jeunes femmes d'une beauté certaine qui discutaillaient du temps, un sourire enjôleur sur les lèvres, je m'approchais d'elle.

Je faisais en sorte de me garder proche d'elle, mais toutes voulaient partir, comme si j'étais monstrueux. Je leur parlais de moi, évidemment, et de leur charmes auquel je n'étais pas insensible, mais aussi du temps neigeux qui avait décidé de s'écraser sur notre navire. J'étais très surpris d'ailleurs de celui-ci, notamment parce que Calormen était pour moi un pays très chaud, et cela signifiait que les intempéries du bal pouvaient donc se déclencher à n'importe quel instant. J'étais en train d'expliquer à une dame à quel point j'étais fascinée par la préciosité de ses parures, lorsque celle-ci fronça le nez, et entraina ses compagnes avec elle, s'éloignant de moi... Mais que se passe-t-il donc? Depuis quand les femmes s'enfuient-elles à mon arrivée? Est-ce mon allure trop sérieuse? Ou bien mes manières de Duché? Je me questionnais d'avantage à ce sujet lorsque je sentis un tapotement sur mon épaule.

Je me retournais, ravis de voir qu'une femme revenait vers moi, bien qu'elle me soit inconnue. Cependant, je le fus beaucoup moins lorsqu'elle étala sur mon magnifique visage une bonne dose de neige. J'en eus dans la bouche, et je voulus gronder mon attaquante. Mais le froid semblait me paralyser sur place, je ne me sentais pas bien... C'était comme si... Comme si je n'étais plus moi.

- Ca vous apprendra à courir après toutes les filles ! Pauvre gueux que vous êtes ! Entendis-je devant moi.

Je papillonnais des yeux, ma tête me faisait affreusement mal et chaque rayon éparse de lumière était semblable à mille soleil. J'avais la bouche pâteuse, et pleine de neige... De neige? Mais que se passe-t-il? Où suis-je? La panique s'offrit à moi comme on offre des fleurs, et je regardais autour, essayant de comprendre. J'étais de nouveau sur le bateau, nous voguions... Et une tempête de neige effroyable semblait s'être éprise de notre embarcation. Par tous les saints, mais que s'est-il passé? La femme qui avait parlé, et qui venait de m'offrir une migraine plus que douloureuse m'observait, elle semblait en colère, mais j'ignorais pourquoi. Elle avait des yeux clairs, mais menaçant, et sa chevelure brune encadrait son visage mince. Mais qu'ai-je fais bon sang? Que s'est-il passé? Comment suis-je revenu ici après le bal? Et surtout, pourquoi suis-je dehors? Je secouais la tête, avant de me figer et de masser mon front de ma main gantée. c'est douloureux...

-Mais à qui parlez-vous? Et puis... Moins fort je vous en prie... J'ai l'impression d'avoir été piétinée par un troupeau de minotaure... Ma voix, autrefois douce et cristalline, me sembla bien éraillée... Mais qu'ai-je bu pour me mettre dans cet état? Et puis, pourquoi fait-il si froid?


_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Dieu de Narnia | PNJ
Messages : 227
Célébrité : Aslan
Points : 1271

MessageSujet: Re: Une attitude plus que déplacée | Agnèle   Sam 21 Fév - 21:19

Le membre 'Agnèle.F Beauchamp' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Météo' :

Résultat :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 618
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 653

MessageSujet: Re: Une attitude plus que déplacée | Agnèle   Sam 28 Mar - 11:16



Une attitude plus que déplacée
rowena & agnèle ۰ ocean.


La neige l'avait toujours agacée. Il faut dire qu'elle n'en avait jamais beaucoup vu à Calormen durant son enfance. Arriver à Archenland lui avait d'abord plu, la météo était clémente. Et l'hiver venu, le manteau blanc qui se répandait devait sa grotte l'avait presque tuée. Elle n'était pas habituée à porter des vêtements chauds, vu les températures atteintes à Tashbaan. Au fur et à mesure elle s'y était adaptée et n'avait plus eu aussi froid. Jusqu'à ce jour où la neige avait décidé de la suivre jusque sur l'océan. Pauvres calormènes... ce qu'ils avaient dû être frigorifiés dans la salle de bal.

Rowena fixa l'inconnu qui se tenait bien droit devant elle, malgré l'alcool, le vent, le froid et la neige sur son visage. Il sembla étonné de l'entendre parler et demanda qui elle était. La sorcière le trouva bien culoté de l'interroger ainsi alors que c'est lui qui l'avait énervée. Depuis quand un simple ivrogne osait lui parler de la sorte ? Comme si elle avait parlé excessivement fort. Il fallait couvrir le bruit du vent et les voix des marins qui s'activaient pour sortir leur fier navire de cet ennui. Et cet étranger qui comparait manifestement sa voix à un troupeau de minotaures... Il devait être narnien pour employer pareilles comparaisons. Rowena n'aimait pas sa tête, sa voix, son caractère et les mots qu'il employait et aurait bien voulu lui trancher la gorge si elle n'avait pas été en plein océan, en plein jour.
Elle resta calme cependant, les mains sur ses hanches. Je vous demande pardon ? Comment osez-vous rester aussi confiant alors que vous n'avez pas plus d'honneur qu'un rat de la Cour des Miracles ? Vous les Nordistes essayez toujours d'imiter Calormen, en vain. Comme si vous pouviez gérer la polygamie aussi bien que nous. Vous feriez mieux de dessaouler avant de charmer les femmes. Elle lâcha un soupir exaspéré avant de réajuster son manteau qui commençait à accrocher sérieusement les flocons, tout autant que ses cheveux d'ailleurs. Ca lui donnait un petit air magique qui ne lui déplaisait pas. L'effet se trouvait accentuer par le blanc recouvrant entièrement la bois du bateau. Elle se mit à craindre que sous ce poids, leur embarcation coule. Rowena n'était vraiment pas prête pour mourir, elle avait encore des choses à faire. Et avant son retour définitif dans son pays natal, il était hors de question que la mort l'emporte.

Le silence s'installa. Enfin, le silence entre cet inconnu et la guérisseuse en tout cas. Aucun ne parlait, si bien qu'ils entendirent le capitaine crier qu'ils avançaient lentement mais sûrement, que la cap était maintenu mais qu'ils auraient quelques jours de retard sans doute, si la météo ne s'améliorait pas. Fort heureusement, depuis les événements du bal, tous étaient préparés à ce genre de choses et les ports fournissaient davantage de nourriture. Ils ne mourraient pas de faim si facilement.
La jeune femme planta son regard clair dans celui du narnien. Je m'appelle Zhaï. Et vous, goujat de Narnia ? Son visage reste impassible, menaçant. C'était bien la première fois depuis longtemps qu'elle donnait le second prénom que lui avait donné son père. Petite, elle s'était imaginée des histoires dans lesquelles son paternel était vraiment amoureux de sa mère, connaissait son identité et la lui avait donnée afin de garder un morceau de sa douce. Puis en grandissant elle avait dû se faire une raison : le cœur de Belisar était si sombre que rien ni personne ne pouvait gagner son affection. Si tout du moins on part du fait qu'il ait un cœur, ce qui restait à vérifier... Alors elle s'était dit qu'en bon homme d'affaire peu recommandable il avait prévu que sa fille ferait des sales besognes pour lui, alors elle aurait eu besoin d'un faux nom. Après tout, il ne l'avait jamais appelée Zhaï, toujours Rowena.
En attendant que l'autre lui réponde - elle lui laissait le temps de traiter l'information dans son cerveau embrouillé par le vin - elle commença à rouler une boule de neige qui grossissait, grossissait. Elle observa les alentours, se demandant si elle allait avoir assez d'espace pour faire son bonhomme de neige. Et si le narnien tombait dans les pommes, elle pourrait prendre son accoutrement de Nordiste pour l'enfiler à son œuvre d'art.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une attitude plus que déplacée | Agnèle   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une attitude plus que déplacée | Agnèle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA ™ :: Le Royaume de Narnia :: Les Îles et l'Océan-
Carte du monde de Narnia

Se déplacer
Top partenaires


Plus ? + Vous ?