Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.   Dim 31 Aoû - 22:26















✣ Myrna & Olivia


Parfois, lorsque le vent souffle à l’ouest, j’arrive à sentir cette vague odeur d’eau salée et d’algue venue de la mer. La nostalgie m’envahit alors, me serrant le cœur et, lors des moments de fatigue, remplissant mes yeux de larmes. Je ne pensais pas être si sensible avant qu’on m’enferme dans cette cage dorée avec mes pensées pour simple compagnie. Je m’affaiblie et cela m’énerve, car la pirate que j'étais auparavant ne se serait jamais laissé aller à de telles émotions. J'avais été si forte et si courageuse… Je le suis encore j’imagine, seulement les occasions pour le prouver n’existe plus. Ici, je dois me fondre dans la masse et découvrir un autre genre de jeu. Il y avait bien des intrigues de pouvoir sur les navires, mais au palais, c’est d’un tout autre niveau. Ils sont moins barbares, mais plus malsains encore puisque l’air empeste l’hypocrisie. Mon reflet dans le miroir de ma chambre ne me prouve qu’une chose : je suis aussi coupable qu’eux. On m’a habillé avec de belles étoffes, je suis bien nourrie et mes appartements sont loin d’être aussi lugubres que le cachot où ils m’avaient mise à mon arrivée dans l'Empire Calormène. Je porte ma main à mon oreille, faisant tinter les lourdes boucles d’oreille que je porte. Certains m’offraient des bijoux en échange d’une vision, mais je crois surtout qu’on essaie de me faire croire que j’ai ma place ici. Ce ne sont que des illusions, des biens matériels qu’on me prête pour la durée de mon séjour. Il faut oublier la mer et la piraterie, puis servir humblement le Tisroc… Pffff ! Ce n’est pas moi cette vie et je sens que je me perds... La liberté est quelque chose de fragile, mais addictif. J’ai pris gout à la sensation du vent dans mes cheveux et je ne trouverais jamais de confort dans les coiffures compliquées à la mode au palais. Je n’ai pas envie de jouer à la victime et passer mon temps à me plaindre de mon sort. Hélas, il n’y a pas grand-chose à faire d’autre puisque les rares vraies conversations que j’ai en dehors des séances de divination sont limitées aux politesses d’usage. J’ai des alliés, mais la présence de véritables amis me manque horriblement...

Je m’approche de la table où je fais mon travail de diseuse de bonne aventure et m’agenouille sur les coussins. Sur une grande nappe rouge, il y a tout le matériel nécessaire aux décodages des présages et même plus, car je m’amuse à abuser de leur hospitalité parfois. Une boule de crystal, des herbes en tout genre, un petit chaudron, un bol et une cruche d’eau, etc. J’attrape le jeu de carte de tarot et je les brasse doucement. Mes doigts sont habiles et bougent vite, mais les cartes demandent de la patience si on n’a pas de question précise à poser. Ensuite, je pense à toutes les personnes que j’ai laissé derrière moi sans me focaliser sur un individu en particulier au risque que mon cœur ne devienne lourd. Je n’avais pas encore fait une croix sur le passé, même si mon avenir était incertain, voire impossible à lire. Mon don me permettait bien de me projeter dans le futur, mais pas le mien. Cela était relativement agaçant et, lorsque je commençais à poser des cartes devant moi, elles ne m’apprirent rien que je ne savais déjà, c’est-à-dire, que j’étais coincée au palais de Tashbaan et qu’il faudrait me montrer brave. Soudain, une fenêtre s’ouvrit brusquement et la bourrasque qu’elle laissa entrer éteignit toutes les bougies d’un seul coup. Je ne criais pas, je n’étais pas ce genre de demoiselle en détresse. Néanmoins, je me relevais d’un bond alors que les cartes valsèrent jusqu’au sol. La pièce fut plongée dans le noir puisque le soleil s’était couché depuis de longues minutes, laissant sa place à une lune pâle dont la lumière éclairait faiblement la silhouette d’un étranger qui entrait par la fenêtre.

« Qui êtes-vous ? » demandais-je sur un ton impératif, feignant de ne pas être surprise par cette intrusion. Ma main se porta automatiquement à ma taille vers l’endroit où se trouvait mon sabre autrefois, mais je ne rencontrais que l’épais tissu de ma jupe longue. Je soupirais de frustration et me précipitais vers le meuble le plus proche dans l’espoir de trouver un objet pour me défendre. Un livre ? Non. Une brosse à cheveux ? Non plus. Je lançais l’objet par-dessus mon épaule avant de finalement me saisir de quelque chose de plus lourd. Je mis le chandelier en métal devant moi, l’orientant vers l’inconnu. C’était mieux que rien et puis, avec un peu de chance, il faisait suffisamment noir pour cacher mon pauvre choix d’arme… « Si vous cherchez un noble à assassiner, vous n’êtes pas au bon endroit. Je vous préviens, je suis armée ! »

Fiche by Méphi






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.   Mar 2 Sep - 13:40


 Myrna  & Olivia


Une ombre circulait cette nuit là à travers les rues de Tashbaan, éclairé seulement par le clair de lune. Capuche sur la tête, celle-ci avançant prudemment de ruelle en ruelle, n'hésitant pas à se plaquer contre le mur quand il le fallait. L'individu passa la rue principale pour s'engouffrer dans une plus petite. Plus elle se rapprochait du palais et plus elle était sûre de tomber sur des gardes. Elle arriva dans une impasse et se mordit la lèvre en constatant qu'elle était bloquée. Cependant, elle n'était pas venue sans ressource. Sortant l'équivalent d'un grappin de sa sacoche, elle le tourna en l'air tel un lasso avant de l'envoyer en haut du mur devant elle. Lorsqu'elle fut sûre que c'était suffisamment bien accroché, elle entreprit alors la montée. Une fois en haut, elle sauta de toit en toit jusqu'à s'approcher de l'enceinte du palais. Ce n'était pas la première fois qu'elle tentait une intrusion dans l'imposante bâtisse ce qui faisait qu'elle avait suffisamment étudié son chemin pour savoir par où passer en toute prudence et sécurité. Ce positionnant dans un endroit stratégique, elle réutilisa son outil pour escalader le mur, puis s'accrocha finalement à la rempart, vérifiant si la voie était libre. Il n'y avait pas de garde, sauf un, mais il était assez loin pour lui laissé le temps d'escalader ce nouveau mur à côté d'elle. Cette fois-ci, le grappin ne lui serait d'aucune utilité. Heureusement pour elle, elle était agile. Prenant son élan, elle alla de pierre en pierre, s'accrochant dès qu'elle pouvait aux fenêtres, puis continuait sa montée. Tout à coup, elle positionna mal son pied et faillit tomber dans le vide, par chance, elle réussit à temps à s'agripper à une gouttière. Penchant la tête en arrière, sa capuche révéla son identité. Une femme au regard bien déterminé.

Sérieusement, quelle idée de bâtir des tours aussi haute ? En même temps, la personne à qui je rendais visite y avait été placé exprès afin qu'elle ne puisse s'enfuir, chose qui de toute manière ne lui était jamais venue à l'esprit. Je continuais d'escalader lentement, même si cette mission était suicidaire, je ne tenais pas à y laissé ma peau. C'était comme en montagne de toute façon, la montée était plus dure que la descendante.
Je mis assez longtemps avant d'arriver finalement à la bonne fenêtre, qui bien sûr était la plus haute. Je m'accrochais péniblement au rebord de celle-ci et d'un coup, l'ouvrit afin de pouvoir entrer. J'aurai pu toquer bien entendu, mais je n'étais pas spécialement en position d'être courtoise ce soir-là. La pièce était plongée dans le noire, chose qui ne me surprit pas étant donné qu'avec le vent qui s'y était introduit ça serait un miracle qu'une quelconque bougie soit resté allumée. Fermant la fenêtre, je restais attentive à tout mouvement. Je pouvais entendre quelqu'un farfouiller dans un tiroir, puis ensuite s'emparer de quelque chose qui semblait bien être suffisamment dure pour m'assommer.

« Qui êtes vous ? » fit soudain une voix féminine se voulant à la fois calme et ferme. Je ne m'en préoccupais pas et chercha plutôt des allumettes dans mon sac. « Si vous cherchez un noble à assassiner, vous n’êtes pas au bon endroit. Je vous préviens, je suis armée ! »  cette phrase me fit rire. Je pris au même moment une allumette et la frotta contre un des murs pour l'allumer. La lumière n'était pas assez puissante pour m'éclairer, mais j'en avais suffisamment avec le clair de lune pour repérer une bougie posée sur la table.
J'approchais le feu de celle-ci, la cire me brûla légèrement les doigts. Elle était encore chaude. Une fois la mèche rallumée, je mis la bougie en hauteur afin de visualiser un peu mieux la pièce. J'aperçus finalement une jeune femme près d'une commode, tenant fermement un chandelier. Je souris. « Myrna ! C'est moi, Olivia ! » dis-je sur un ton rassurant, avant d'approcher afin que mon interlocutrice puisse voir mon visage. Dès que Myrna pu m'identifier, elle lâcha son chandelier et vint m'éteindre aussitôt. « Tu m'as manquée ! » lui dis-je d'une voix sincère, cachant toutefois ma tristesse. Cela ne faisait je ne sais combien de temps que je ne l'avais pas vue, mais au premier regard, elle semblait se porter bien. J'allumais ensuite d'autres bougies, puis me tourna vers mon amie « Désolé de t'avoir fait peur. Je n'aime pas te rendre visite à l'improviste... ».

FICHE PAR SWAN.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.   Mer 10 Sep - 21:13















✣ Myrna & Olivia



Calormen est vraiment un royaume étrange aux coutumes farfelues et parfois primitives. Théoriquement, j’étais née sur ses terres – ou plutôt sur ses eaux -, mais maintenant que ce nom rimait avec prison, je portais moins ce territoire dans mon cœur. Il faut dire que j’ignorais presque tout de cet empire avant qu’on m’oblige à y rester. Bref, je ne savais pas trop si les inconnus qui passent par les fenêtres à la place des portes étaient synonyme de bonnes ou de mauvaises nouvelles. Un assassin ? Un voleur ? Un fugitif ? Et moi qui n’étais pas fichue d’avoir une vision à ce sujet ! Je tenais fermement mon arme de fortune dans mes mains. Le chandelier pesait une tonne et mes muscles faiblissaient à vue d’œil, mais je n’allais surement pas abandonner sans me défendre. Pourtant, cette visite avait un tout autre motif que celui de mon décès prématuré. La silhouette encapuchonnée referma la fenêtre et rit devant mes menaces. J’écarquillais les yeux de surprise, car je connaissais ce rire. On gratta une allumette et une petite flamme apparue. Ma visiteuse nocturne alluma une des chandelles, puis s’approcha de moi. Mes muscles se décontractèrent et je posais le chandelier sur le sol doucement, espérant ne pas me prendre les pieds dedans plus tard vu la pénombre dans laquelle avait été plongée la pièce.

« Olivia ? » demandais-je incertaine. Tout à coup, grâce à la chandelle, je pu distinguer son visage. « Olivia ! » Je me jetais dans ses bras, la serrant peut-être plus fort que j’aurais dû. Cela faisait si longtemps que je n’avais aperçu un visage familier… L’émotion m’envahit et ma gorge se serra. Je ne pus répondre à ma complice de piraterie, je me contentais d’hocher la tête pour approuver ses paroles. Elle m’avait terriblement manqué elle aussi. Nous nous séparâmes et Olivia alla allumer les autres bougies éteintes par son entrée fracassante. Pour ma part, dès qu’il eut suffisamment de lumière, je me mise à ramasser les cartes de tarot qui avaient atterri un peu partout dans la pièce. Je m’approchais lentement de la fenêtre par laquelle la jeune femme s’était infiltrée et je sifflais de manière admirative.

« Tu en as fait du chemin pour monter jusqu’ici! Personne ne t'a vu ? Je suis contente que tu l’es fait en tout cas. » rajoutais-je avec un sourire. S’il elle avait pu monter jusqu’ici, pourquoi moi n’arriverais-je pas à descendre ? Je secouais la tête, voulant me changer les idées, mon cœur étant toujours déchiré entre l’envie de retrouver la liberté et le fait incontestable que je pouvais sauver des vies si j’arrivais à prévoir une nouvelle catastrophe naturelle. « Quoiqu’il en soit, je reste persuadée que je peux toujours monter au gréement plus vite que toi ! » rajoutais avec un air moqueur et en lui tirant la langue. Nous étions peut-être des adultes, mais Olivia et moi redevenions des gamines en présence de l'autre. Il n’y avait pas eu que de l’amour entre nos équipages respectifs, mais aussi beaucoup de ''compétitions amicales''. Cela me semblait donc logique de taquiner ma complice, sans méchanceté bien sûr. Une fois le paquet de carte complet, je vins le déposer sur ma table de divination et invita ma complice à s’asseoir sur les coussins qui l’entourait. J’avais tellement de chose à lui dire, tellement de questions à lui poser que je ne sus pas tout de suite par quoi commencer. Je lui proposais donc à boire, bien que je n’eus que de l’eau… Ah non ! J’avais effectivement quelque chose de mieux en réserve! Je fis quelques pas dans la pièce, puis je me penchais sous mon lit, attrapant une bouteille de vin que j’y avais caché. Devant l’air étonné d’Olivia, j’éclatais de rire, mais ce son me semblait bizarre puisque je n’avais pas rigolé depuis longtemps.

« Un cadeau de la part d’un certain monsieur -dont je tairais le nom- qui voulait savoir si sa femme était infidèle. » dis-je simplement comme explication avant de m’emparer de tasses où normalement je lisais les feuilles de thé. Je tendis la bouteille à Olivia, sans doute aurait-elle quelque chose pour l’ouvrir puisqu’on ne me permettait aucun objet susceptible de couper. D’ailleurs, c’était probablement la seule raison pour laquelle je n’avais pas goûter à l’ivresse depuis tout ce temps ! Lorsque nos tasses furent remplies, je m’assis près de mon amie et me tournais vers elle. « Maintenant dis-moi, comment vas-tu Olivia ? »


Fiche by Méphi






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.   Dim 14 Sep - 15:43


 Myrna  & Olivia


Après avoir allumé plusieurs bougies, je passais une main dans mes cheveux ébouriffé afin de les réordonner un minimum. Il y avait du vent ce soir là. Je pouvais à présent un peu mieux contempler Myrna, tandis qu'elle s'approchait de la fenêtre afin de visualiser un peu mieux le parcours que j'avais suivis pour l'atteindre. Elle n'avait pas vraiment changé, elle était toujours aussi belle et elle me semblait en pleine forme. Toutefois, la voir en robe me surprit, car j'étais habituée à la voir vêtue comme une pirate. Je souris « Effectivement, j'en ai fais de l'escalade ce soir, j'ai les bras tout endoloris », couinais-je pour la forme, bien que j'étais loin d'être fatiguée. En fait, c'était seulement un échauffement pour moi, je ne m'inquiétais pas réellement pour la descente. Myrna me taquina ensuite en disant qu'elle était persuadée de monter plus vite que moi, si jamais nous faisions un concours d'escalade. Cela me fit rire. « Je ne parierai pas la-dessus si j'étais toi ! » répondis-je sur un air de défi, bien qu'il était fort possible que mon amie soit plus agile que moi. Toutefois, être enfermée ici l'avait sans doute un peu diminuée physiquement, mais je ne fis aucune remarque, car je ne voulais pas la blesser en lui rappelant sa situation. Je me surpris moi-même à ce moment là, car j'étais assez connue pour manque de tact avec les gens, mais pour une fois, j'avais su me retenir.

Me sentant plutôt fière de moi, je suivie Myrna du regard, tandis qu'elle se penchait sous son lit pour en tirer une bouteille qui ne ressemblait pas du tout à de l'eau. Je levais les yeux au ciel en souriant, alors qu'elle m'expliquait que c'était un cadeau. « Comme au bon vieux temps hein ! » dis-je en faisant référence à toutes nos soirées arrosées dans des tavernes ou sur nos bateaux, où généralement nous finissions toujours bourrée, allongée comme des sardines sur le sol, riant comme des enfants. Ce souvenir me provoqua un pincement au cœur. Je gardai espoir qu'un jour, elle et moi pourrions recommencer ce genre de festivité.

Myrna me tendit la bouteille qu'elle avait caché et je sortis immédiatement une dague qui m'aida à retirer le bouchon en moins de deux. J'avais mis du temps avant d'apprendre à les retirer aussi rapidement, j'étais devenue experte en la matière. Après avoir remplis nos tasses, nous allâmes nous installer sur des sièges autour de sa petite table où était posée dessus des cartes de divination qu'elle avait ramassée quelques minutes auparavant. Elle me demanda comment j'allais alors que je portais la tasse à mes lèvres. En vérité, je voulais surtout savoir comme elle allait, donc je ne comptais pas m'éterniser sur moi, même si je comprenais tout à fait qu'elle voulait avoir de mes nouvelles, puisque nous nous étions pas vus depuis longtemps. « Eh bien, pas grand chose, la routine quoi. » J'avais peur de la rendre triste en parlant de cette vie en mer auquel elle était privée dorénavant. « Ah si, j'ai retrouvée mon frère que je croyais mort ! » dis-je en rigolant avec nervosité « C'est dingue...Et dire que ça fait trois ans que je le crois mort et que là, je le retrouve dans une taverne. Et en plus de s'être fait passer pour mort, il passe sa vie à boire et à se battre. Il pourrait devenir pirate à ce rythme, mais il les a en horreur. D'ailleurs, il n'a pas trop apprécié en apprenant que j'en étais une moi aussi. » Je levais les yeux au ciel une nouvelle fois, puis bu une gorgée de ma tasse.

Mes yeux roulèrent ensuite vers Myrna qui m'avait écoutée attentivement en silence. « A ce que je vois, tu continues toujours à jouer les diseuses de bonne aventure ! » dis-je en jetant un coup d’œil sur les cartes. J'avais dis cela sur un ton légèrement sarcastique, mais je savais que la magie était quelque chose de sérieux et que Myrna faisait tout ceci pour rester en vie. En vérité, j'étais très admirative, mais je n'étais pas douée pour dire ce que je ressentais. Myrna et moi étions très amies, nous faisions très souvent avant des compétitions amicales, mais à présent, j'avais peur de lui dire qu'elle me manquait terriblement elle et nos défis invraisemblables. De plus, je me sentais mal pour elle, car je voulais la sauver.

« Mais toi...Comment vas-tu ? Ils ne te font pas de mal j'espère ? »

FICHE PAR SWAN.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.   Mer 24 Sep - 22:45















✣ Myrna & Olivia



Pendant un bref moment, j’avais l’impression d’avoir fait un bond dans le temps. Je ne vois plus les murs déprimants de la chambre qui me sert de cage. À leurs places, je vois une grande salle d’auberge, remplie de vagabonds, de pirates et d’êtres tout aussi fiables qui font la fête. Et je regarde Olivia avec une certaine insistance, me concentrant sur sa douce silhouette histoire d’oublier le décor. Avec un peu de chance et de vin, cette impression d’une vie passée ne s’évaporerait pas trop vite. Je mémorise ses traits dans ma tête pour les moments où je me sentirais seule, car ainsi je pourrais toujours me rattacher à l’espoir que j’avais des amis au-dehors. Olivia était cette bouteille à la mer que je ramassais, moi, perdue sur mon ile déserte en attente d’un miracle. Elle m’apportait des informations sur le monde extérieur, l’odeur de la mer et des arguments de plus pour me sauver d’ici. Elle n’avait même pas besoin d’aborder le sujet pour que j’envisage la chose, rien que le fait qu’elle ait besoin de s’introduire dans le palais durant la nuit désignait le problème de manière évidente.

Pour l’heure, je me contentais de prendre des nouvelles de ma complice en sirotant mes premières gorgées de vin. Puis, je me laissais bercer par la voix de la brune. Je m’attendais à des anecdotes de matelots, des racontars de chasseurs de trésor et tous les petits détails croustillants sur le dernier pillage, mais ce que m’apprit la jeune femme était d’autant plus étonnant ! J’écarquillais les yeux de surprise et un sourire radieux étira mes lèvres.  « Je suis si contente pour toi ! Vous restez en contact ? » Olivia qui retrouvait son frère c’était inouï, car, moi aussi, je le croyais mort depuis longtemps. Si seulement j’avais réalisé que je connaissais ce drôle de personnage, j’aurais pu moi-même lui annoncer la bonne nouvelle. Reph’ était bien vivant et, surtout, bon vivant ! Simplement, je ne savais pas qu’ils partagaient un lien de sang… Il faut croire que je ne m’étais pas donné la peine de mémoriser le nom de famille ni de la sœur, ni du frère. Chez les pirates, l’appartenance à une famille est moins valorisante que ses exploits en mer de toute façon. Bref, j’étais franchement heureuse pour Olivia. J’eus une pensée pour mon propre frère et pour les pirates qui avaient côtoyé mon quotidien pendant plusieurs années. Étaient-ils morts ou vivants ? Je n’avais pas osé utiliser mon don pour savoir ce qu’ils étaient devenus, la réponse m’effrayait. Cependant, en regardant Olivia, je compris que je ne serais pas en paix sans savoir. La brune n’était pas dupe et, bien que nous aillions toutes les deux tendance à tourner autour du pot, la conversation revint immanquablement sur moi et ma condition.

« Non. Enfin, plus maintenant. » dis-je simplement avant de prendre une autre gorgée de vin. L’alcool me réchauffait la gorge et chassait la froideur des moments passés dans un des cachots du palais.  « Je vais bien… Je crois. Le plus dur c’est de vivre dans un monde dont je ne connais rien. Une pirate habillée en princesse, ça n’arrive pas ce genre de chose. » rajoutais-je perdue dans mes pensées. Mes mains caressèrent la soie de ma jupe un instant. Je ne me sentais pas plus femme dans ses somptueux habits, car ma féminité je l’avais acquise avec un sabre à ma ceinture et les cheveux dans le vent. Je déposais ma tasse et pris un des larges bracelets en or qui pendait à mon poignet. Je le retirais lentement et le regardais briller grâce à la lueur des bougies. Au bout d’un moment, je tendis le bijou à mon amie en souriant. « Tient, pour te remercier de ta visite. Achètes un truc sympa à ton frère avec ça. » Après mure réflexion, même tous les trésors du monde ne pourraient me convaincre que j’étais autre chose qu’une pirate. J’aimais assez l’or pour ne pas balancer leurs cadeaux par la fenêtre, mais en même temps, une partie de moi était dégoûtée que je ne puisse pas partager ce butin avec les miens.

« Et tu n’as rien vu ! J’ai même une boule de crystal maintenant... Au fait, si tu as une question à me poser sur ton avenir, ne te gênes pas. Je te répondrais du mieux que je le peux. » Avec souplesse, je me levais pour aller chercher cette petite sphère lisse posée sur une étagère à l’écart. La pierre était froide sous mes mains et je la fis rouler sur la table jusqu’à Olivia pour qu’elle puisse examiner l’objet si l’envie lui prenait de le faire. Je n'étais pas sûre qu'elle croyait à mes pouvoirs de voyance, mais cela ne me dérangeait pas. Aujourd'hui, c'était plus une question de survie que de croyances.  « Je me demande combien cela vaudrait sur le marché noir… » rajoutais-je avec malice. Je ne m’attachais jamais aux objets, car une vie de pirate signifie prendre, mais aussi perdre beaucoup de chose en cours de route. Et puis, en réalité, je n’avais pas besoin de cette boule translucide pour voir le futur. Du moins, je n’avais jamais appris à m’en servir... Sagement, je me rassie à ses côtés et m’éclaircie la voix pour avoir l’attention de mon interlocutrice.

« Tu as des nouvelles du Phoenix ? » demandais-je avec une petite voix. J’étais prête à entendre n’importe quoi, ou même rien à propos du bateau de mon père. Cependant, j’ignorais si Olivia avait recroisé la route de l’équipage depuis mon enfermement.


Fiche by Méphi






Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.   Sam 27 Sep - 13:19


 Myrna  & Olivia


Myrna était contente pour moi. Je lui gratifiais un sourire en guise de remerciement, même si je me sentais légèrement honteuse de me réjouir devant elle, alors que contrairement à moi elle était prisonnière. Bien entendu, je savais qu'elle n'avait aucune arrière pensée, ce qui faisait encore plus monter ma honte. Étais-je horrible ? Me demandais-je en portant le breuvage à mes lèvres. Le liquide descendue le long de mon œsophage et quelques instants après mon corps commençait à se réchauffer. Ce n'était pas un alcool fort, mais je pouvais déjà sentir la chaleur enivrante du vin.
Cela me faisait bizarre d'annoncer que mon frère était vivant alors que moi-même j'avais du mal à réaliser. C'était comme si mes paroles sonnaient fausses et n'avaient aucun sens.
Myrna semblait vraiment heureuse pour moi et j'aurai voulu pouvoir lui dire que moi aussi j'étais contente pour elle, mais je ne pouvais pas. Elle aurait beau être couvertes de bijoux et de d'autres cadeaux, elle restait quand même prisonnière du Tisroc et de ce fait elle ne pourrait être heureuse à moins d'être légèrement maso sur les bords. Je la connaissais très bien, c'était une femme qui aimait sa liberté et surtout la mer. Quoiqu'elle pourrait dire, je savais que son ancienne vie lui manquait et je ferai tout pour lui venir en aide. Peut-être le moment n'était pas encore venu, mais tôt ou tard, je l'aiderai à partir loin d'ici. Je n'avais pas besoin de jurer ni de le promettre pour le faire. C'était plus qu'un devoir, c'était inévitable.

Je l'écoutais parler. Mon cœur se serra dans ma poitrine lorsqu'elle évoqua le fait qu'avant il arrivait qu'on lui fasse du mal. Personnellement, je n'avais jamais cautionné qu'un homme puisse lever une main sur une femme lorsque celle-ci n'était pas en position de défense. Myrna savait se battre, mais devoir se soumettre devait être horrible pour elle, qui, si elle avait eue un sabre, aurait été loin de se laisser faire. « Quand tu sortiras d'ici, tu pourras te vanter d'avoir été une princesse pirate ! » lui dis-je histoire de détendre l'atmosphère. Je comprenais tout à fait ce qu'elle ressentait. Issu de la noblesse, j'avais toujours eue l'impression de ne pas être à ma place, j'apprenais des choses qui n'avaient aucun sens pour moi, je ne comprenais pas ces codes que l'on m'imposait. J'étais une ignorante dans mon propre cadre social et familial. Je n'avais trouvée de réel sens à ma vie que lorsque je fus partie de chez moi et surtout lorsque j'eue la chance de venir une pirate.

Tout à coup, elle retira un magnifique bracelet en or pur qui était à son poignet et me le tendit. Je regardai le bijoux d'un air surpris, surtout lorsqu'elle me dit qu'elle voulait me le donner pour que j'achète quelque chose pour mon frère. Je fus touchée par l'attention et pris son cadeau malgré moi, car ça aurait pu la vexer si je le refusais. Je le mis à mon poignet pour ne pas le perdre. « Merci, c'est gentil » commençais-je à dire en souriant béatement « Mais ne me remercie pas pour la visite. » Après tout, j'étais venue de mon plein grès et non parce qu'elle me l'avait demandé. J'imaginais qu'elle ne devait pas avoir eue de visite depuis longtemps, si ce n'est jamais. Du moins, je parle des gens qui lui sont chers.
Lorsqu'elle me parla de sa boule de cristal, je ne pu m'empêcher de sourire. Elle alla la chercher, pendant ce temps je continuais de descendre mon verre, puis fis rouler l'objet le long de la table. Reposant mon verre, j'entrepris d'examiner la boule toute lisse. Myrna avait elle vraiment un pouvoir ou était-ce seulement son moyen de survie ? Je n'étais sûre de rien, mais je connaissais la magie, puisque je venais de Narnia, une terre où elle était partout. Mais j'imaginais qu'elle devait quand même avoir un certain aura pour avoir tenu aussi longtemps ici sans se faire démasquer ou non. Peut-être serait elle vraiment capable de lire mon avenir si je le lui demandais.
Je reposais la boule sur la table « Je préfère avoir la surprise ! » dis-je avec un sourire malicieux. Des paroles sages sans doute, mais en vérité, je n'étais juste pas le genre de personne à trop m'étendre sur l'avenir. Je préférais ne rien savoir et vivre au jour le jour.

Le fait que Myrna parle de marché noir me rappela une fois où nous étions venus vendre nos butins. Nous étions reparti avec de quoi suffire à nous payer plusieurs verres durant toute la semaine. A force de boire, j'avais été malade, ce n'était pas mon plus merveilleux souvenir, mais avoir passé cette semaine avec Myrna m'avait comblé de bonheur, moi qui n'était pas du genre à m'attacher rapidement aux autres.
« Tu as des nouvelles du Phoenix ? » me demanda-t-elle tout à coup. Je m'étais préparée à ce qu'elle me pose la question. A l'évidence, son équipage lui manquait et c'était tout à fait normal. « Oui, nous les avons croisés en mer il y a tout juste un mois. Ils vont bien, si c'est ce que tu veux savoir » je me mis à souffler « Bien sûr, sans toi leur vie en mer n'est plus la même. Tu es et tu resteras toujours pour eux cette épice qui donnait du goût à leur vie. » J’espérais que mes paroles réconforteraient Myrna et l'aiderait à garder espoir. Je finis ensuite mon verre de vin et le reposa sur la table « Je pense qu'il serait sage de me resservir ! » lui dis-je en rigolant. Pendant que mon amie me resservait, je pris un paquet qu'il y avait dans ma sacoche. Enroulé dans un tissu pour éviter qu'il se gâte, une épaisse brioche confites que j'avais apportée pour Myrna. Je posais cette nourriture sur la table « J'imagine que l'on ne te fait pas mourir de faim, mais je me suis dit que cette brioche te rappellerait la fois où nous en avions manger à Hauterive ! ».

FICHE PAR SWAN.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.   Lun 17 Nov - 23:24















✣ Myrna & Olivia


Je ne sais pas si c’était mon isolement forcé qui avait fait autant rouiller mes capacités sociales, mais j’avais cette impression de trop en faire. J’étais si heureuse de voir ma complice de toujours que j’avais un peu la sensation de m’éparpiller partout. Au lieu de rester à la table et de siroter le vin, je me relevais sans cesse pour lui montrer un objet ou en faisant une remarque sur une autre babiole. Sur un élan de nostalgie, j’offris un de mes bracelets à mon amie pour qu’elle en fasse ce qu’elle voulait. Des retrouvailles entre frère et sœur, ça se fêtait, et je me doutais que si j’avais la chance de revoir mon frère, ce serait une très grande joie. Malgré tout, il n’y avait pas que des mauvais cotés à ma captivité, car les gens étaient prêts à payer pour avoir un bref aperçu de leur futur. J’intriguais les gens, je les révoltais aussi parfois, prétextant que mon don était une offense aux dieux, mais en règle général, je restais quelqu’un d’utile pour le Tisroc. Bien que j’oubliais constamment d’ajouter ''puisse-t-il vivre pour toujours'' à la suite de son titre par rancœur pour le souverain. Oui cela aurait pu être pire, je pourrais être morte et mon ancien équipage aussi… Mais pour savoir ce que c’était d’être libre, je ne pouvais pas m’empêcher de rêver au jour où je redeviendrais maîtresse de ma propre vie.

Je me réinstallais confortablement près de mon amie et repris délicatement la boule de crystal entre mes mains. J’examinais les reflets sur sa surface lisse en repensant aux pauvres bougres dont je soutirais quelques piécettes de plus si je faisais mine d’entrer en transe devant l’objet. Apparemment des visions et des rêves prémonitoires ce n’étaient pas très impressionnant comparés à des excentricités devant la boule translucide. Un sourire espiègle se dessinait sur mes lèvres à cette idée, puis je rapportais mon attention vers mon interlocutrice. Le sujet était plus sérieux puisqu’il s’agissait de l’ancien navire sur lequel j’avais commis les crimes dont je me repentais aujourd’hui. Je déposais la sphère sur un coussin non loin pour me saisir de mon verre et d’en boire une longue gorgée, cherchant mon courage au cas où mon amie était venue pour me donner de mauvaises nouvelles. Avec soulagement, je hochais la tête à mesure que la brune parlait pour montrer que je vivais bien ce qu’elle me  racontais. J’étais même ravie et mon sourire s’agrandit encore. Ils allaient bien. Ils étaient en sécurité. Alors ma présence ici avait-elle encore un but ?

Voyant le fond du verre d’Olivia, j’attrapais la bouteille pour la resservir. Je ne tenais pas à la saouler, même si ce vin était bien faible en comparaison au rhum, mais il fallait faire attention à ce qu’elle ne se rompt pas le cou lorsqu’il faudrait partir. Soudain, une brioche appétissante apparue sur le table et une lueur émerveillée anima mon regard. « Affamée ou pas, je serais bien capable d’engouffrer trois de ces brioches d'un coup tellement elles sont délicieuses ! » Je ne possédais pas de couteau, mais tant pis, je n’avais aucune réticence à manger avec mes doigts. Je me servis une grosse part du cadeau comestible et l’apportais avec bonheur jusqu’à mes lèvres. « Tu n’as pas mis de lime à l’intérieur au cas où j’aurais eut des barreaux à scier ? » rajoutais-je avec humour avant de prendre une bouchée que je savourais les yeux fermés. Des miettes tombèrent sur mes vêtements de lin, mais je m’en fichais royalement. Il n’y avait que moi, Olivia et cette époustouflante brioche. Tout en mastiquant le désert, mes yeux clairs se perdirent dans la contemplation des ombres que créait la lueur des chandelles sur les murs. Soudainement, j’exprimais le fond de ma pensée alors que mon regard dérivait vers la fenêtre par laquelle Olivia était entrée.

« As-tu un plan ? »
Devant la confusion sur les traits de mon amie, je reformulais ma question. « As-tu un plan pour me faire sortir d’ici ?»


Fiche by Méphi






Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: « Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Autant en emporte le vent. » feat. Olivia R.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA ™ :: L'Empire Calormène :: Le palais de Tashbaan :: Appartements-
Carte du monde de Narnia

Se déplacer
Top partenaires


Plus ? + Vous ?