Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]   Mer 27 Aoû - 14:41



I stand here waiting for you to bang the gong
Olivia & Rowena


Je courrais à en perdre haleine. Décidemment les narniens ici n'étaiet pas très commodes. Oui, oui. Si vous êtes en train de passer à côté et que vous vouyez cette jeune et splendide fille en train de courir, poursuivit par une horde de dix hommes au moins, eh bien...c'est moi. Sans doute plus tard je raconterai cette histoire en disant que j'étais poursuivie à cause de ma beauté dévastatrie, mais si vous voyez bien, il y a plus de haine que d'amour les yeux de ces gentils messieurs.
Comment je me suis retrouvée dans cette situation ? Eh bien en fait, assez vous car vous allez bien rire je pense -ou pas-. Notre bateau avait jeté l'encore une fois de plus à Narnia. Avec mon amie Lenaë, nous apportions du tissu à ses parents, qui étaient des marchandes de tissus donc. J'avais fais ce jour là une halte dans une taverne, à côté de Cair Paravel. Après tout, j'avais soif. Sauf que contrairement à Hauterive, étant un village pirate où les femmes sont accepté n'importe où, ici c'était assez mal vue. Dès lors que j'eue commandée du rhum que je dû payer trois fois le prix pour être sûre d'être servis par le tavernier, je me fis accosté par des hommes qui m'accusèrent d'être pirate. A ce moment là, je les ai regardé en prenant un air indigné et choqué en faisant « Noooon ! ». Mais ils ont bien compris que je me moquais d'eux et moi qui en rajoutait toujours une couche, ça a tourné au vinaigre. Si, si, je vous jure. Du coup ils ont tenté de me désarmer et de m'attraper, mais je suis plus rapide et moins bête qu'eux, du coup après quelques fessées j'ai réussie à m'échapper.

Si je suis d'origine narnienne, je ne viens pas d'une aussi grande ville que Cair Paravel et contrairement à mes poursuivants, je ne la connais pas comme ma poche. J'ai suivie mon instinct, puis je me suis retrouvée au port. Après mes tentatives totalement foireuses, il faut le dire, pour les semer, je me suis retrouvée bloquée dans un cul de sac. « Génial » fis-je en regardant le mur derrière moi « Le seul moyen pour que je sorte d'ici c'est soit de m'envoler, soit de faire un bond de je ne sais combien de mètres... ». J'étais coincée et ces hommes me regardaient avec satisfaction, sachant parfaitement que je ne pourrai fuir. « Eh bien ma belle » dit l'un d'entre eux avec son gros piffe de cochon « Je me demande bien combien on va nous donner de pièces d'or pour avoir capturer une pirate ! ». Je me mis alors à rire « Si vous pensez sérieusement qu'on va vous couvrir d'or pour moi, vous vous trompez ! ». Mais ils continuaient de sourire d'un air étrange, ce qui éveilla ma curiosité. Un autre sortit ensuite de sa poche un morceau de papier qu'il déplia. Sur ce papier, j'y vis un dessin de ma tête avec une prime en dessous. Je tâchais de rester impassible, histoire de ne pas donner plus l'avantages à ces hommes qu'ils ne l'avaient déjà. « Cette affiche vient d'Archenland » continua celui qui avait parlé « Peut-être le gouvernement de Narnia n'en a que faire qu'une pirate comme toi se balade dans leur royaume, mais je ne pense pas que celui d'Archenland soit aussi indulgent ! ».

Ils riaient tous à présent comme des porcs. Je me mis alors à ricanner, puis sortit mon sabre. Ils arrêtent immédiatement de geindre et me regardèrent avec des gros yeux ronds. « Vous croyez sincèrement que je vais laissé me faire ? » ils se regardèrent d'un air hésitant « Si vous me voulez, venez donc me chercher ! ». L'effet fut immédit ! Dès lors, ils sortirent à leur tour leurs épées et se jetèrent un par un sur moi. Pas de chance pour eux, j'étais loin d'être mauvaise au combat. Un par un, je leur flanquais des coups auxquels ils ne s'attendaient pas du tout, surtout venant d'une pauvre femme comme moi.
Malheureusement pour moi, le nombre faisait la force sur ce coup là et il suffit seulement qu'ils se jettent sur moi pour que je perde mon sabre de la main. Je tombais à la renverse, jurant car mon arme était trop loin pour que je puisse l'atteindre. Lorsque je tournais la tête, ces hommes me pointaient en rigolant avec leurs épées « Laisse toi faire et il ne te sera fait aucun mal ! ». Je crachais à ses pieds et il me donna un coup qui me fit rouler un peu plus loin. Je touchais à présent le mur, j'étais cernée. « Seul un miracle pourrait te sauver d'ici ! » dit l'un d'entre eux. A ce moment-là, j'ignorais complètement qu'en effet, un miracle allait me sauver de ce pétrin.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 618
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 653

MessageSujet: Re: I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]   Sam 30 Aoû - 22:43

 
I stand here waiting for you to bang the gong
Olivia et Rowena.

Il faisait vraiment beau ce jour là à Narnia. Les habitants sortaient se balader en ville et bavardaient gentiment avec leurs voisins. Ils respiraient tant la joie de vivre que c'en devenait presque écoeurant. Le marché l'était tout autant avec tous ces bons sentiments. Mais le point positif restait le fait que ces braves gens ne se méfiaient de personne. Et même si Rowena n'avait pas prévu de vendre quoi que ce soit aujourd'hui, il lui était profitable de se mêler à la foule. Avec des sourires totalement hypocrites certes, mais au moins on ne l'embêtait pas. Pourtant elle arborait une sorte de couronne-bandeau en or qui entourait son front et l'arrière de sa tête et portait une longue robe noire. Elle avait également une cape sous son bras au cas où il se mettrait à pleuvoir. La jeune femme allait de stand en stand, comparant les prix ou la qualité des prix. Parfois elle se prenait à discuter le plus innocemment du monde avec les commerçants, échangeant même des histoires drôles de temps à autre. Ce qui la mettait mal à l'aise dès qu'elle s'en rendait compte.
A un moment, le ciel se couvra de nuages blancs et par mesure de sécurité, Rowena posa son panier et enfila son habit. Puis elle repartit vers d'autres légumes, jetant un coup d'oeil aux fruits en passant. La calormène s'installa ensuite sur un banc et sortit une belle pomme dans laquelle elle croqua à pleines dents. Cependant quelqu'un perturba son petit en-cas en lui tendant un bout de papier. En levant les yeux elle put reconnaître grâce à son armure un soldat archenlandais. Si elle se demanda ce qu'il faisait si loin de chez lui, elle s'abstint de lui poser la question. Ce n'étaient pas ses affaires après tout. Le petit soldat savait très bien ce qu'il faisait et n'avait pas besoin de conseils sur son métier. Ni qu'on l'interroge sur le pourquoi du comment. Aussi passa-t-il son chemin, distribuant ses morceaux de papiers à différentes personnes. La guérisseuse faillit jeter cette chose stupide quand elle aperçut un visage. Et un prix. Commençait-on à vendre des esclaves dans les royaumes du Nord ?

En fait non. C'était une tête mise à prix. Une pirate disaient-ils. Une certaine Olivia. Rowena se tapa le front avec sa paume, plissant les yeux tout en secouant la tête. Qu'est-ce qu'elle avait fait à Archenland pour être ainsi recherchée ? Enfin. Puisqu'elle était Narnienne elle n'aurait aucun problème. Jusqu'à ce qu'elle fasse une etite halte à Anvard par exemple et qu'elle tombe sur un groupe de soldats reconnaissant bien sa face d'insolente.
La jeune femme se leva, jeta son trognon de pomme par-dessus son épaule - il alla heurter un pauvre garçonnet qui lui faisait dos - et elle retourna vers le marché avec son panier. Il lui manquait un poireau pour sa soupe. Elle n'avait jamais aimé le poireau en fait. Mais dans la soupe c'était encore pire. Alors elle se ferait un plaisir de livrer quelqu'un en soupe dégoûtante. Le tout agrémenté par du piment, des os de cochon et d'un oeil de pigeon. Ce serait tout simplement à vomir sur le tapis de belle-maman. Peu-être briserait-elle une famille. Tant pis pour eux, ils comptaient dans leur rang quelqu'un qui ne plaisait pas à Rowena, et ça n'était jamais bon de contrarier la demoiselle.

Tandis qu'elle faisait ses achats, des cris d'hommes tout à fait virils - et bêtes aussi certainement, le type à courir avec une massue et la mâchoire en avant - se firent entendre. Et une jeune fille passa en hurlant tandis qu'un groupe de narniens lui courait après. Et il y en avait bien un qui se penchait en avant, un gourdin levé et avec la mâchoire du dessous très clairement avancée. La foule se figea un instant, laissant de la place à ces personnes manifestement cinglées, puis la vie reprit son cours.
Rowena cligna des yeux avant de regarder de nouveau son papier. Ah oui, c'était bien Olivia qui prenait les jambes à son cou. Sauf que cette pauvre gourde fonçait droit dans une impasse. Elle allait se faire massacrer. A moins que ces braves garçons soient là pour la prime. Auquel cas ils pourraient tout aussi bien profiter d'autre chose avant. Dans un soupir exaspéré, elle posa son poireau dans son bagage et enleva sa cape. Sa petite dague était toujours accrochée à sa ceinture et elle se félicita de l'avoir prise en partant.

Elle marcha tranquillement, sans vraiment se presser. Déjà qu'elle allait lui sauver la vie, elle n'allait pas en plus transpirer pour ça. Elle avançait donc, sifflant un petit air de sa contrée natale.
Lorsqu'elle arriva sur les lieux du plausible futur crime, Rowena vit Olivia allongée par terre et tous ces hommes debout, la pointant de leurs épées. La jeune femme s'approcha et dès qu'elle fut à une distence respectable, fit entendre sa voix ferme. Je vous conseille fortement de baisser vos armes et de déguerpir en vitesse messieurs. Tous se retournèrent et éclatèrent de rire en voyant cette frêle dame leur faire face, un poireau dans la main. Evidemment, l'un d'eux - celui qui parlait avant - se moqua ouvertement, ajoutant qu'une pauvre paysanne comme elle ferait mieux de passer son chemin. Rowena l'insulta d'un nom d'oiseau très amical et, vexé, l'autre se jeta sur elle. Il n'abattit pas sa lame sur le corps de son adversaire mais contre le poireau qui se plia sans pour autant se casser. En effet la calormène avait levé le bras, sortant de sa main libre la dague bien cachée qu'elle enfonça dans le ventre du narnien. Elle le poussa avec le pied, jetant ensuite un regard noir à ses compagnons. Le poison va se mélanger à ton sang et te tuer dans la minute. Vous autres, si vous avez un peu de bon sens, et quelques connaissances, vous devriez savoir qu'il n'est pas bon de défier la reine-sorcière. Dans un sourire, elle observa le malheureux cracher son sang et s'écrouler, raide mort. Pensait-il sincérement qu'une femme l'attaquerait avec un légume sans une petite arme et un renfort empoisonné ? Quoi qu'il en fut, il était désormais incapable du moindre mouvement et ses amis s'enfuirent sans tarder. Après tout, une simple égratignure et ils mouraient, ils préféraient ne pas prendre le risque. Rowena leur cria de prendre garde aux malédictions qu'elle allait leur jeter et se retourna vers la pirate, affichant une grimace désespérée.

Lui tendant la main, elle la releva avant de passer la cape sur ses épaules et de rabattre la capuche sur son visage afin qu'on ne le voit pas.  Qu'est-ce que t'as encore foutu pour être recherchée par ces pouilleux d'Archenland ? Sans attendre la réponse, elle entraîna cette connaissance cachée dans l'ombre, la tenant par le bras, l'entraînant dans de petites ruelles. Elle ne connaissait pas la capitale par coeur, mais elle savait repérer les lieux où elle se rendait souvent. Sur le chemin elle râlait qu'elle allait devoir racheter un poireau pour faire sa soupe et s'indignait de la stupidité de ces vauriens.
Et comme si ça ne suffisait pas, un vieillard fit tomber son seau de pommes. Ces dernières roulèrent vers les deux jeunes femmes qui firent du patin à glace pendant deux secondes avant de s'écrouler. Rowena poussa un cri paniqué en avisant sa camarade à terre elle aussi, le visage bien à vue. D'autant plus qu'un autre petit groupe les fixaient silencieusement, un bout de papier dans les mains. Comprenant de quoi il s'agissait, a guérisseuse se releva et fit de même avec Olivia, courant le lus vite possible, son panier de courses encore accroché à son poignet. Pendant qu'elles s'éloignaient, quelqu'un hurla avec un magnifique accent C'est elle !

Néanmoins, dans ces petites rues, elles avaient déjà pris trois ou quatre virages et Rowena avait poussé la narnienne dans un tas de foin et avait refermé en vitesse la porte d'une espèce d'entrpôt abandonné où l'on stockait seulement ce qur quoi était couché dame Corydallis.
Le groupe passa devant et Rowena plaqua sa main contre la bouche de la jeune fille qui respirait un peu trop fort à son goût. Une fois que tout fut de nouveau calme, elle lui lança une pomme et s'installa sur de la paille. Sérieusement. Qu'as-tu fait pour ainsi être affichée à chaque coin d'Anvard comme on plaquarde la tête du héros national ? Elle nettoya sa dague avec un chiffon et y déposa un produit semi-liquide qui recouvrit toute la lame avant d'y sécher.
copyright Bloody Storm

_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]   Lun 1 Sep - 13:31



I stand here waiting for you to bang the gong
Olivia & Rowena


On ne peut pas dire que j'étais en position de force. Mon épée derrière moi, mais impossible à choper, et tous ces hommes en train de me pointer de leur larme, affichant des sourires victorieux. C'est alors qu'on entendit une voix féminine venant de derrière. Une voix ferme leur conseillant de baisser leurs armes et partir d'ici. Cette voix me disait fortement quelque chose, mais impossible d'y mettre un nom. En tout cas, cela fit rire les hommes qui avaient tous retourné les têtes dans la direction de cette voix à l'arrière. Ils étaient vraiment idiots de ne pas me garder à l’œil. J'eus le temps de reculer et de me saisir de mon sabre étendu sur le sol. Pendant ce temps, je pouvais les entendre avoir une altercation avec l'étrangère. C'est alors que j'entendis, ou plutôt, reconnu le son d'une lame plongeant brusquement dans la chaire humaine et je priais bien évidemment qu'il ne soit rien arrivé à la pauvre femme qui passait par là. Mes yeux s'écarquillèrent autant que ceux des hommes lorsque j'entendis reine-sorcière. « Rowena... » pensais-je avant de lever les yeux au ciel tandis que les hommes se mirent à déguerpir. La jeune femme m'apparut enfin, tenant un poireau à la main. Je la regardai totalement ébahi alors qu'elle avançait vers moi. Pour une surprise, c'était une surprise. Jamais je n'avais imaginé que ma sauveuse serait en fait Rowena, cette femme guérisseuse dont j'étais venue un jour acheter les produits et avec qui j'avais longuement discuté. Cela faisait bien un bail que je ne l'avais pas revu, bien que je venais parfois lui acheter des choses et qu'on discutait au passage. Et surtout, je n'avais jamais imaginé qu'elle se pointerait avec un poireau. Sans rien dire, elle me tendit sa main et m'aida à me relever. J'hochais simplement la tête, une fois debout, pour la remercier. Elle prit alors la parole, me demandant ce que j'avais bien pu faire pour être recherché par la garde Archenlandaise. Automatiquement, un sourire se dessina sur mon visage. Alors comme ça, elle avait vu l'affiche elle aussi ? J'allais devenir célèbre ma parole.

M'entraînant dans l'ombre, elle me dirigea vers un autre lieu que celui-ci. En même temps nous n'allions pas gentiment attendre qu'un garde passe par là et nous surprenne avec en plus un corps à demi-mort à nos pieds. Je la suivais sans rien dire, lui faisant suffisamment confiance de toute manière pour savoir qu'elle m'emmenait en sécurité et non qu'elle allait me livrer aux gardes. Me tenant par le bras, on passait de ruelle en ruelle, je commençais même à me demander si elle savait exactement où on allait, ou on faisait juste en sorte de partir loin du port. J'étais une fois de plus abasourdi de l'entendre râler doucement qu'elle n'allait pas pouvoir faire sa soupe de poireau. J'espérais alors à ce moment-là qu'elle n'allait pas m'inviter à déjeuner chez elle, car personnellement, je préférais un bon gros morceau de viande plutôt que de la soupe.

Je ne sais pas pourquoi, mais lorsque je vis ce vieillard en face de nous, tenant difficilement son panier de pomme, je le voyais venir gros comme une maison. Comme je n'avais pas suffisamment déjà de malchance, il renversa l'intégralité de son panier et aucune de nous deux eut le réflexe de les éviter. Rowena glissa la première et puisqu'elle me tenait fermement, elle m'entraîna avec elle dans sa chute. « Aaaaaaahhhh ! » criais-je en tombant la tête la première comme si je venais de plonger d'un coup dans de l'eau glacé, tout en donnant un magnifique spectacle de patinage, mais pas artistique, aux quelques passants qui s'était arrêté pour mieux nous visualiser. « Ouille, ma tête ! » couinais-je, les fesses en arrière, en voyant une pomme rouler devant moi, comme si elle cherchait à me narguer. Mes yeux roulèrent vers des gens qui étaient en train de regarder une affiche, tout en m'observant. Je compris immédiatement de quoi il s'agissait. « Bordel de bois, je suis quand même pas la seule pirate recherchée ! » pensais-je en faisant une grimace, avant de me redresser. Rowena, qui s'était relevée, semblait avoir elle aussi compris ce qui se passait et me fit alors signe de me relever. A peine fus-je debout qu'elle m'agrippa à nouveau et on enjamba tant bien que mal les pommes avant de courir le plus vite possible. Au même moment, je pouvais entendre des gens derrière nous crier « C'est elle ! » avant de partir à notre poursuite. Je me mordis la lèvre, décidément, ce n'était pas mon jour de chance. « Quoique... » me dis-je en jetant tout en courant un coup d’œil à la sorcière à côté de moi, bien terminée à nous sortir de ce mauvais pas.

« Tu n'aurais pas par hasard un truc pour les figer en statue ? » réussi-je à lui demander, mais elle m'ignora complètement et c'est alors qu'elle me poussa dans un tas de foin. Je ne comprenais absolument pas ce qui était en train de se passer. Oui, j'étais larguée. Restant cachée, j'entendis seulement la jeune femme fermer une porte avant de plaquer ma main sur ma bouche. Tandis qu'on écoutait notre groupe de poursuivant passer, j'avais une folle envie de lui mordre les doigts à celle-là.
Nous restâmes quelques instants comme ceci, puis finalement, elle dégagea sa main puis me lança une pomme avant de s'asseoir elle aussi dans un tas de foin. La pomme rebondit sur ma tête et je fusillais aussitôt Rowena. « Sérieusement. Qu'as-tu fait pour ainsi être affichée à chaque coin d'Anvard comme on placarde la tête du héros national ? » me demanda-t-elle tout en commençant à nettoyer sa dague. « Crois moi, je n'en ai aucune idée... » dis-je tout en croquant dans la pomme. « En partant me promener, je ne savais même pas que ma tête était placardé sur tous les murs de la ville. Je suis une pirate, pas un criminel... » grognais-je tout en mâchant nonchalamment. J'avais ramassée au passage le morceau de papier que tenais l'homme qu'avait empoisonné Rowena. Le dépliant, je fis une grimace en regardant mon portrait dessiné dessus « Ça ne me rend pas du tout justice ! » fis-je avant de le rouler en boule et le jeter. Je retournais ensuite la tête vers ma sauveuse « Désolé pour ton poireau... » dis-je sur un ton tellement sérieux que j'étais surprise de ne pas avoir tournée cette phrase en sarcasme. Après tout, on avait pas deux fois l'occasion de dire cela à quelqu'un. « Mais qu'est-ce que tu faisais par là en fait ? Je croyais que tu préférais t'isoler ? ».

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 618
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 653

MessageSujet: Re: I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]   Mar 16 Sep - 21:35

 
I stand here waiting for you to bang the gong
Olivia et Rowena.

La jeune femme rangea soigneusement son arme et remit correctement sa ceinture. Elle releva la tête vers Olivia en lui adressant un sourire compatissant. Pirate. Criminel. Pour la justice c'était du pareil au même. Ils volaient, tuaient et vagabondaient sur les routes terrestres ou maritimes. Un pirate était un criminel pour eux. L'inverse n'était pas véridique cependant.
Rowena hocha la tête en regardant le malheureux papier chiffonné et jeté par terre. Il n'avait jamais demandé à porter sur lui un visage, quel qu'il soit. Paix à son âme de papier. Paix également à l'arbre qui avait souffert inutilement. La narnienne semblait indignée d'être mal représentée. Faisait-elle preuve d'orgueil elle aussi ? Après tout, elle devait certainement être assez intelligente pour savoir qu'il était impossible de reproduire à l'identique un visage sur un bout de parchemin. Quoi que... Enfin, elle était drôle à regretter la cassure du poireau. Ce n'était qu'un vulgaire légume. Elle pourrait toujours en recheter un, de moins bonne qualité, pour une soupe encore plus infâme.

Elle resta longtemps sans rien dire et sans bouger, se contentant de fixer Olivia. A un moment elle finit par se lever pour se diriger vers la porte qui laissait entrer de la lumière à cause de ses fissures. Le soleil commençait à se coucher, lentement mais sûrement. Les bruits venant des rues proches allaient en diminuant. Quant au groupe qui les avait suivies il était parti, sans doute boire un coup à la taverne pour oublier leur mésaventure. Les autres pleuraient peut-être la mort de leur compagnon. Ce n'était toutefois pas faute de les avoir prévenus, aussi Rowena n'avait aucun remord ou regret. Elle avait de nombreuses morts sur la conscience. Pas directement certes, mais ses poisons avaient déjà fait bien des victimes. Les pirates étaient des meurtriers également, et ce, bien souvent. Pas à chaque fois il faut le reconnaître, tout comme elle. Et de toute façon on ne prendrait pas le risque de s'en prendre à elle, par pure peur. Une crainte qui n'était fondée que sur des rumeurs. Amusant non ? Même certains gardes se procuraient ses précieuses fioles, payant parfois encore plus cher que ce qui était demandé aux paysans. Une manière de leur faire regretter ce manquement à leur serment de protéger le royaume de tous les perturbateurs.

Elle se retourna vers Olivia, s'adossant au mur, les bras croisés sur sa poitrine. Elle ignora donc totalement cette histoire de poireau. Ce n'était pas comme si elle en avait besoin dans l'immédiat comme une femme enceinte désire des fraises dans la minute. Ses yeux cherchaient le contact de ceux de la narnienne. Mais ils n'avaient rien de menaçant. Rowena restait tout à fait calme. Bien sûr elle n'était pas en train de sourire telle une gamie à qui on offre un caillou brillant. Toutefois elle paraissait très sereine et sa voix fut des plus douces. Pas mielleuse certes, mais pas agressive non plus. Il faut bien sortir pour vendre et acheter. Enfin je te rassure c'est fort déplaisant de me mêler aux souillons de cette ville. Vivre en ville ne me convient pas. Je suis trop misanthrope pour ça. La calormène émit un rire ironique. Dire qu'elle avait vécu dans une capitale. Dans les rues étroites où on croisait forcément quelqu'un tous les deux pas. Il faut avouer que ça avait été un changement assez radical au départ. Et puis elle avait fini par s'habituer à la solitude et l'appréciait désormais, au contraire de la foule.

Lentement elle quitta le mur, récupéra ses affaires et ouvrit la porte qui grinça. D'un signe de la tête elle invita l'autre à la suivre en silence. Il ne fallait pas que des gardes les surprennent à traîner dans les rues. Il devait certainement y avoir un couvre-feu non ? En fait elle s'en fichait, elle pouvait toujours s'enfuir en jetant une de ces fioles pleine de gaz opaque et s'enfuir. Simplement Olivia était recherchée à Archenland et il semblait que toute la capitale de Narnia soit dorénavant au courant. Autant rester prudentes et ne pas tenter le diable. Rowena avait entendu dire que les geôles de ce royaume n'étaient pas plus tendres qu'au Sud.
Ainsi donc, la guérisseuse fit quelques pas avant d'avoir un sursaut et de se retourner vers sa camarade. Dans un regard elle sembla l'interroger. Mais finalement elle secoua la tête et reprit son chemin vers le port. C'était désormais trop tard de toute façon pour revenir en arrière. C'était surtout risqué avec cette lumière orangée qui s'approchait en venant par la ruelle d'où elles venaient juste de sortir. La jeune femme aux cheveux de jais chuchota en toute hâte qu'il fallait se dépêcher et emprunter un chemin plus sombre. Olivia était assez grande pour marcher seule dans le noir, aussi la fabricante de potions ne prit pas son poignet pour l'entraîner. Et de toute évidence il était dans leur intérêt de rester ensemble, au cas où des gardes leur tombaient dessus.

Le tout se fit en silence et après de nombreux détours et frayeurs à cause de ces maudites patrouilles qui arrivaient d'un peu partout comme des vautours attirés par des charognes. Les deux dames ne ressemblaiet pas encore à des cadavres ambulants ! Par Tash, ce que l'armée narnienne était exaspérante à poursuivre les humbles demoiselles tout à fait responsables et nullement hors la loi.
Le bruit des vagues s'abattant contre le bois des quais arracha un petit soupir de soulagement à Rowena. Heureusement qu'elle connaissait un peu la ville et qu'une pancarte à demi pourrie indiquait la direction de la plage sinon elles auraient fini en chair à crobeau entre les mains des gardes ou tout simplement parce que la sorcière, dans la panique, se serait trompée de fiole et aurait jeté une substance acide sur leurs malheureuses peaux. Mais comble du bonheur, il n'y avait eu aucune entrave à leur fuite et, joyeuse au possible, Rowena enleva ses chaussures et se précipita sur le sable avant de tremper ses mollets dans l'eau salée avant de donner un coup de pied dans la mer en direction de la pirate afin de l'arroser. Puis elle éclata dans un rire cristallin. Je croyais que tu le savais, mais je n'ai pas le moindre pouvoir magique. Je fait des poisons et autres produits mais je ne peux pas changer quelqu'un en crapaud. Juste lui faire croire que c'est le cas à la rigueur. Elle souleva sa robe jusqu'au-dessus des genoux pour marcher un peu plus loin et appércier le contact frais sur sa peau. Elle avait un peu trop chaud alors c'était parfait. Mais... tu as pillé un village ? Tué quelqu'un ? Volé ? Brûlé quelque chose ? C'est quand même étrange qu'une pirate narnienne soit recherchée à Archenland. Et ceux là ils étaient narniens non ? Dire que vous racontez à Calormen que vous êtes un peuple supérieur à bous, les barbares du désert ! Cette fois son ricanement fut plus ironique. Quand elle était jeune elle méprisait déjà ces nordistes qui se croyaient tout permis avec leur accent étrange et leur soit disant sens de la civilisation ou quelque chose du genre. Leur air supérieur donnait des envies de meurtres au paysans de l'empire.
Rowena chercha un moyen de coincer sa robe pour s'enfoncer dans l'eau. Au début ça marchait bein, et puis finalement le tissu retomba et la jeune femme poussa un petit cri aigu avant d'essorer tant bien que mal le bas de son vêtement.
Elle se tourna ensuite vers Olivia, guettant sa réaction ou son départ. Après tout elle gardait une image d'une fille imprévisible et bornée. Un peu comme elle en fait. Quoi que quelque chose les séparait inévitablement.
copyright Bloody Storm


HRP = désolée du temps, de la qualité à chier Rolling Eyes si tu veux que je change quelque chose fais moi signe ^_^

_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]   Mer 17 Sep - 12:08



I stand here waiting for you to bang the gong
Olivia & Rowena



Spoiler:
 

Mon interlocutrice semblait rapidement se calmer, bien qu'elle affichait toujours ce visage d'une froideur à faire glacer, mais je ne lui portais pas préjudice, car je savais qu'elle était tout simplement comme ça. Elle était à présent adossée contre le mur, les bras croisés, et moi, j'attendais son signal pour qu'on parte d'ici. Non pas que je n'aimais pas me retrouver parmi la paille, mais j'avais mieux à faire que de me cacher. Je n'aimais pas me sentir emprisonné, même si en l’occurrence, c'était pour mon bien, puisque tout le royaume à présent voulait me retrouver. « Il ne manquait plus que ça... » repensais-je en me pinçant la lèvre. Pour un pirate, être recherché partout montrait sa popularité aux autres, à mes yeux, ce n'était qu'une source de problème. Je ne comprenais pas d'ailleurs comme je pouvais être recherché ainsi alors que je n'avais pas plus commis de crime -si ce n'est pas du tout- que d'autres. « Je ne suis pas une criminelle bon sang de bois... » me dis-je avant de bouger un peu. J'avais des fourmis dans les jambes, bien qu'en vérité, je n'aimais juste pas resté inactive trop longtemps.

Rowena me dit qu'elle n'aimait pas en effet venir en ville et ça remarque à propos de ces souillons me fit automatiquement sourire. Je pense que c'est cette facette critique de sa personnalité qui me fait l'apprécier. Elle n'a pas peur de dire ce qu'elle pense et les piques qu'elle envoient me font toujours sourire. En tout cas je la comprenais, moi non plus si j'avais le choix j'irai vivre à la campagne ou à l'écart d'un petit village. J'avais la ville en horreur, bien que j'étais obligée de m'y rendre parfois. Cela me rappelait quand j'étais petite, nous allions tous les dimanches en ville en famille et je trouvais cela tellement ennuyant. C'était sans aucun doute le résonnement d'une petite fille pourrie gâté, mais je me sentais bien mieux en mer.

Je suivis la jeune femme du regard. Celle-ci ouvrit délicatement la porte de notre cachette, regardant si la voie était libre. Non pas que j'étais trop fière pour recevoir de l'aide, mais je ne voulais pas faire perdre son temps à Rowena, elle avait déjà être gentille de venir me secourir, même si d'un côté, je savais que j'avais besoin d'elle pour me tirer d'ici. La capitale narnienne était grande et même si je la connaissais plus ou moins, j'étais loin de me souvenir de chaque ruelles.
Elle me fit signe de la suivre. Je n'émis aucune objection et marcha sur ses pas en silence. Même si je me laissais guider par la guérisseuse, je n'étais pas moins sur mes gardes non plus. Je tenais le fourreau de mon sabre, si jamais nous étions attaqué, chose que je n'espérais pas bien évidemment. Toutefois, je savais aussi que Rowena avait plus d'un tour dans son sac et y cachait sans aucun doute divers potions qui pourraient nous être utile.
Tout à coup, je l'aperçus sursauter et se retourner vers moi. Son regard plongea aussitôt dans le mien. J'y lisais presque de l'hésitation dans ses yeux, mais elle se détourna et poursuivit son chemin.
Nous nous redirigions vers le port en empruntant des chemins où il n'y avait pas un chat. On se plaquait régulièrement contre les murs dès que des groupes de soldat patrouillait à quelques mètres de nous. Je n'avais pas peur d'eux, mais nous étions toutefois dans une situation assez stressante et dès que Rowena me faisait brusquement signe de me cacher, mon cœur bondissait à chaque fois dans ma poitrine.

Nous arrivâmes finalement vers la plage. J'aperçus un sourire de soulagement se dessiner sur les lèvres de ma sauveuse -et ma guide-. Je regardais derrière moi afin de m'assurer que nous n'étions pas suivi, tandis que Rowena retirait ses chaussures et se lança dans le sable. Je fis de même en souriant, puis m'approcha à mon tour de la mer dans laquelle je trempais mes pieds. J'émis un long soupir de soulagement, j'étais à présent dans mon élément et le bruit des vagues m'appaisèrent aussitôt. C'est alors que je me reçu de l'eau. J'ouvris les yeux et regarda Rowena qui me lança un sourire plein de malice, mais qui sonnait aussi sur un air de défi. Je ne pu m'empêcher de rire, puis d'une main lui renvoya de l'eau salée qu'elle réussit à éviter de justesse.
Elle me parla tout à coup de ses dons à faire des potions etc, mais qu'elle n'avait pas pour autant des pouvoirs magiques. « Il me semblait le savoir » répondis-je en toute franchise « Mais bon, ça ne fait pas pour autant de toi quelqu'un de méprisable ! ». C'est vrai qu'on la surnommait sorcière, mais elle n'en était pas une. Je pense que ce surnom lui permettait surtout de ne pas se faire embêter par la population et de garder sa petite vie tranquille. Elle me posa ensuite des questions, cherchant à savoir comment ce faisait-il que je sois recherchée par Narnia et Archenland. Je ne répondis pas tout de suite, la regardant tenter de s'immerger un peu plus dans l'eau, mais elle échoua et poussa un petit cri avant de devoir essorer le bout de sa robe totalement trempée. « Non...Bien sûr que non. J'ai beau être une pirate, je ne suis pas mauvaise pour autant » je regardais à présent l'horizon, le soleil couchant « Les gens ont des préjugés sur les pirates, mais moi je ne suis pas comme ça. Depuis que j'en suis une, je ne fais que parcouris l'océan en quête d'aventures et de trésors innacessibles. Y a-t-il un mal à ça ? ». Je ne posais pas cette question à Rowena, elle était indirect, s'adressant plutôt à des forces supérieures qui ne devaient même pas certainement m'écouter.

Je retournais vers le sable, m'asseyant dessus, laissant seulement mes pieds se faire mouiller par la marrée. « Oui j'ai déjà tuée des gens en mer, mais c'est dans le seul but de me défendre, je ne tue pas pour le plaisir. Quand à volée, oui j'ai dû le faire, mais rien de méchant. Du moins, rien qui méritait d'avoir ma tête affichée partout dans les royaumes. Je suis assez simple en fait, il y a bien pire que moi dans ce monde. Ils pensent sans doute que je suis une proie facile parce que je suis une femme » je ne pu m'empêcher de sourire face à cette remarque de ma part. J'avais toujours eu en horreur qu'on rabaisse les femmes aux hommes. « A mes yeux, nous sommes tous sur un pied d'égalité. Je n'ai jamais pour ma part critiqué Calormen ou m'être vanté d'être Narnienne. Même si je suis née ici, je n'appartiens qu'à l'océan » mon raisonnement sonnerait sans doute comme un stéréotype aux oreilles de Rowena, mais je m'en fichais. « La seule chose qui m'énerve à Calormen c'est le statut des femmes, mais c'est partout pareille de toute manière. J'ai une amie qui y est prisonnière et ça me fait mal de ne pouvoir rien faire pour la sauver, mais bon. »

Rowena m'écoutait en silence, je ne cherchais pas à lire dans ses yeux ou sur son visage ce qu'elle pensait de tout ceci, ou du moins, voir sa réaction. Si elle voulait répondre à tout ceci tant mieux, sinon tant pis. Je souris en réalisant une fois de plus que j'étais pas mal bornée. J'enfonçais mes pieds dans le sable humide, ressemblant plus à de la boue qu'autre chose. « Mais toi, ça doit être pareille non ? Les gens te traitent de sorcière, mais au final, ils ne savent même pas qui tu es véritablement » je ne disais pas cela dans le but de lui montrer que moi, contrairement aux autres, je la connaissais, mais je n'étais pas du genre de personne à m'arrêter sur le physique ou la réputation de quelqu'un. Je me forgeais moi-même mon avis.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 618
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 653

MessageSujet: Re: I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]   Sam 25 Oct - 11:35

 
I stand here waiting for you to bang the gong
Olivia et Rowena.

Même si l'eau restait assez froide, Rowena ne bougea pas d'un centimètre, malgré l'assaut de deux ou trois vaguelettes. Elle avait renoncé à tenir sa robe qui flottait désormais à la surface telle une méduse le ferait dans les profondeurs. Son visage tourné vers le soleil qui tombait dans la mer se fendit d'un doux sourire mêlé à de la peine. Pauvre Olivia. Malheureusement pour elle la justice ne faisait pas un grand discernement entre désir d'aventure et piraterie. Pourtant elle avait parfaitement aison en précisant qu'elle ne faisait rien de mal. Elle partait chercher des trésors, voguant sur un navire qui devait être des plus beaux. Elle ne faisait que se défendre lorsqu'un bateau venait l'aborder. Y a-t-il donc un mal à se protéger de la mort ? Parfois les raisonnements des haut placés étonnaient la calormène. La plus meurtrière entre elles deux, c'était elle, la "sorcière". Combient de gens étaient morts par sa faute, alors qu'ils ne lui avaient pas fait le moindre tort ? Personne ne venait l'arrêter ni même la menacer. Peut-être était-ce cela tout compte fait. Olivia, femme pirate, proie facile et cible à abattre. Par Tash, quelle pitié.

La narnienne s'était assise dans le sable, sans doute dépitée. Rowena la comprenait bien, mais elle n'avait pas de solution à son problème. Désormais elle allait devoir se cacher. Archenland la rechercherait jusqu'à l'avoir derrière ses barreaux, à moins qu'on ne leur rapporte son corps. Et si même Narnia commençait la chasse aux pirates, elle n'était pas sortie de l'auberge.
La guérisseuse se retourna vivement en entendant le nom de son cher royaume d'origine. Oh elle ne se trompait pas. Le statut des femmes n'y était pas le meilleur, mais les filles de haute naissance étaient aussi respectées qu'au Nord. C'était une simple question de culture. La vie n'était pas aussi facile, alors les habitants étaient plus durs avec les autres. Et les femmes n'étaient là que pour les enfants, la maison ou encore pour faire marcher les maisons closes. Triste, mais véridique. Toutefois, les archenlandais traitaient parfois leur compagne comme une simple vache laitière.
Rowena ouvrit la bouche mais se ravisa en voyant que la jeune femme n'avait pas terminé son monologue. Quand elle finit enfin, la sorcière prit la parole en marchant lentement vers la plage, quittant l'eau qui devenait de plus en plus froide à mesure que le soleil disparaissait à l'horizon. C'est malheureux mais, beaucoup ne font pas de différence entre bon pirate et mauvais. Pour eux, tout ce qui porte un signe distinctif de la piraterie est forcément méchant. Ils ne chercheraient pas à te connaître qu'ils t'auraient déjà vendue aux gardes. Olivia si tu es cherchée dans les royaumes du nord tu dois fuir. Tu as bien vu, avec ta tête mise à prix tu risques de ne pas faire long feu, surtout si tous les chasseurs de prime sont à tes trousses, en plus des soldats. Elle déchira un côté de sa robe trempée pour découvrir légérement sa jambe droite et s'assit dans le sable frais et mouillé. Il faudrait qu'elle retourne dans l'eau pour laver sa peau ou elle ressemblerait à une femme de boue. Bon sang elle avait une image à tenir, et son amour propre en prendrait un sacré coup si elle devait se promener avec des jambes brunes. En plus la sensation était particulèrement désagréable. Tu sais, à Calormen la vie est totalement différente d'ici. Nous n'avons pas les mêmes valeurs, la même histoire. Alors oui, la façon dont les femmes sont traitées diffère, mais toutes ne sont pas malheureuses pour autant. C'est vrai qu'on peut espérer mieux mais, ce n'est pas déprimant ou horrible. Rowena avait pris les mains d'Olivia dans les siennes et les avait doucement serrées, pour la convaincre davantage peut-être. Elle retenait une petite larme de nostalgie aussi. Non pas que la taverne de son enfance lui manque, c'était plutôt le royaume. Elle y avait grandi et quelque chose dans ce décor sec et doré l'appelait. Certes elle s'était habituée aux forêts verte et humides, au ciel souvent couvert et à la naïveté des citoyens, mais son lieu de naissance l'attirait irrésistiblement. C'est comme ces poissons qui reviennent toujours là où ils sont nés pour mourir. Tashbaan avait entendu son premier rire et verrait son dernier souffle.

Elle se releva en tenant sa robe afin qu'elle ne traîne pas dans la boue à laquelle ressemblait ce sable et retourna vers l'eau. Le soleil avait définitivement disparu sous les flots et la lune éclairait désormais la plage de ses doux rayons argentés. La calormène croisa les bras en marchant tranquillement, remuant la mer et le sol sous ses pieds. S'il y avait là des petits poissons ou des crustacés, elle ne les voyait pas. Je me fiche de ce que les gens pensent de moi, du moment qu'ils sont assez craintif pour me laisser tranquille. Je ne veux pas qu'ils me connaissent. Ils ne peuvent pas me comprendre, rares sont ceux à le pouvoir. Je préfère m'entourer des peu de personnes appréciées plutôt que de nombreuses détestées. Si tu as besoin un jour d'un lieu où dormir sans craindre d'être attaquée... tu pourras toujours venir chez moi. Tu n'as qu'à me demander, je t'aiderai volontiers. Elle lui sourit gentiment et alla lui tendre la main pour la relever avant de lui préciser que même si les quais étaient sûrs, il ne faut pas rester trop longtemps au même endroit. Rowena lâcha sa main et marcha, enfonçant ses pieds dans le sable avant de les ressortir en projetant des grains un peu partout autour d'elle. Elle ne savait pas trop où elle allait, mais peu lui importait alors. Il ne fallait juste pas que les gardes les rattrapent.
A peine eut-elle cette pensée qu'une lumière s'alluma dans une des petites cabanes sur la plage. Ce sont des hommes qui en sortirent et qui qui devaient avoir bu vu leur façon de marcher. Et ils parlaient très fort. Au début ils ne les avaient pas remarquées mais ça ne tarda pas. Alors ils se dirigèrent vers elle en ricanant et en arborant des sourires odieux. Rowena ne les écoutait même pas parler et commençait déjà à sonner la retraite, passant derrière Olivia pour lui donner une petite tape dans le dos et lui murmurer On se bat ou on court là ? Elle planta son regard inquiet dans le sien et se mordit la lèvre en attendant son avis. Quoi qu'il n'y avait pas une minute à perdre devant ces spécimens étranges.
copyright Bloody Storm

_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]   Lun 29 Déc - 15:14



I stand here waiting for you to bang the gong
Olivia & Rowena


Je regardais la sorcière s'avancer vers moi tout en parlant, avant de prendre place à côté sur le sable. Je savais qu'elle avait raison, à présent que j'étais bien encrée dans ce qu'on appelle la piraterie, j'étais vue comme une ennemi public. Il fallait que je fuie et me cache. Vivre ce genre de vie pouvait se montrer excitant, toutefois je me connaissais et je savais qu'il viendrait un temps où je serai lasse et ennuyée de devoir mener un quotidien de fuite. La plage était déserte, pour le moment cela pouvait aller.
Rowena me parlait ensuite de Calormen et de la façon dont pouvait être traiter les femmes. Je le savais bien, étant donné qu'une amie à moi y était tenue prisonnière. Et encore, elle avait eue de la chance quelque part de ne pas se faire tuer. A la place, elle était enfermée dans une tour du palais de Tashbaan et devait faire des prédictions pour survivre. Certes, c'était le prix à payé pour resté en vie, mais au moins, le tisroc ne l'embêtait pas plus que ça et la couvrait même de présent.
Mon amie me prit les mains et les serra dans un geste de compassion. Je lui rendis son sourire, ses yeux luisaient. Parfois, les mots nous dépassaient et agir nous permettait de s'exprimer.

« Oui tu as raison, je partage ton avis. Il vaut mieux être entourée de peu de personne, mes des gens fiables, que de plusieurs qui n'hésiteraient pas à te trahir. » lui dis-je tout en regardant mes pieds s'enfoncer dans le sable . La proposition de la jeune femme de venir chez elle dès que j'étais de passage et que j'avais besoin de me cacher me toucha « Merci. » lui dis-je simplement avant d'esquisser un sourire en coin. Elle était exactement l'une des personnes sur qui je pouvais compter en cas de besoin. « Je sais que ce n'est pas grand chose, mais si un jour tu as besoin de voyager en mer gratis, fait moi signe et je ferai en sorte que tu puisses monter sur notre navire ! » lui proposais-je en retour. Mon amie me sourit, puis vint m'aider à me relever. Elle n'allait pas me le dire, mais j'avais devinée qu'il ne valait mieux pas resté ici, même s'il n'y avait personne à cette heure.
J'avais pensée trop vite, car quelques instants après, Rowena remarqua une lumière provenant d'une cabane de plage et des hommes en sortirent. Vu leur allure, ils n'étaient pas tout frai. « On se bat ou on court là ? » demanda discrètement mon amie. « On court ! »

Il ne nous fallut pas une seconde de plus avant de nous mettre à détaller. Je préférais ne pas me retourner, malgré les cris des hommes qui nous avaient enfin remarquer. Ils nous criaient de revenir. « Pfff, comme si on allait les obéir ! » pensais-je sans m'arrêter. Dans un sens, nous étions chanceuses qu'ils aient bus, car ils tentèrent de nous poursuivre, mais impossible pour eux de courir sans se prendre les pieds dans le sable. A peine se relevaient-ils, qu'ils retentaient de courir, puis retombaient. Pendant ce temps, Rowena et moi avions quitter la plage et ne perdîmes pas de temps pour nous éclipser. Dans ce genre de situation, la nuit était notre alliée, nous dissimulant des yeux hostiles.
Je suivais Rowena à travers la ville, qu'elle connaissait comme sa poche, même de nuit et nous regagnâmes la lisière des bois. Mon amie me proposa pour que je vienne chez elle, mais il était grand temps pour moi de partir rejoindre les miens. Remerciant une dernière fois la sorcière, je la serrai dans mes bras avant de repartir. « On se reverra bientôt ! » lui dis-je en partant, alors qu'elle allait traverser le bois pour regagner sa grotte.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]   

Revenir en haut Aller en bas
 

I stand here waiting for you to bang the gong [Rowena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA ™ :: Le Royaume de Narnia :: La Capitale :: Le port-
Carte du monde de Narnia

Se déplacer
Top partenaires


Plus ? + Vous ?