Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 617
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 648

MessageSujet: A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl    Sam 23 Aoû - 16:08


Eöl ▽ Rowena


And the people help the people. Give me your hand and I'll hold it.
Le véhicule n'était pas stable. Des cailloux sur la route la faisaient pencher sur un côté, puis de l'autre. Les trois passagers restaient incroyablement silencieux, même si le couple plutôt jeune ne cessait de fixer la troisième. Elle regardait dehors, ignorant ses voisins. La jeune femme pensait à autre chose. A pas grand chose en fait. Elle se contentait d'observer la nature, attendant avec ennui d'arriver à destination. Ca faisait longtemps qu'elle ne s'était pas rendue à Narnia, mais si elle pouvait gagner quelques pièces, ça ne la dérangeait pas. Profiter de la détresse des autres ne l'empêchait pas de dormir, alors pourquoi se priver. Et ce n'était pas comme si les clients se plaignaient de devoir payer pour se faire soigner. Sinon ils mouraient. Le prix n'était pas très élevé pour un gain de temps contre la mort. Même si quoi qu'il arrive elle viendrait chercher ces malheureux. L'humain est un animal bien étrange.
Rowena tourna son visage vide d'émotion vers les deux jeunes gens, contemplant leurs mains jointes et leurs têtes rapprochées. Ils devaient être mariés, ou au moins fiancés. Elle ne les détailla pas davantage et demanda au cocher, impatiente, si ils étaient bientôt arrivés. Le chemin était en mauvais état et rendait le voyage plus long et pénible. Ils étaient partis avant l'aube d'Anvard et c'était maintenant l'après-midi. Non pas que la calormène soit inquiète pour son client, mais s'il périssait avant sa venue elle ne serait pas payée. Et ça l'agacerait fortement de dépenser de l'argent pour la voiture, l'auberge, sans en gagner de l'autre côté. Ca ne serait pas une bonne affaire, et elle détestait les mauvaises affaires, justement.
L'homme qui dirigeait les chevaux lui annonça qu'il restait encore une bonne heure avant d'être à bon port. Dans un soupir d'exaspération, Rowena croisa les jambes et regarda dans son sac si elle avait bien tout pris. Le petit couple s'embrassant, elle leva les yeux au ciel. *Pitié Tash, ça me donne envie de vomir.* Elle tenta de faire un petit somme, mais de toute évidence, la calèche ne désirait pas la laisser se reposer. Aussi essaya-t-elle de rester calme et positive jusqu'à ce qu'ils arrivent.

Ce ne fut plus très loin une fois qu'elle trouva comme occupation de tourner ses pouces sans qu'ils se touchent. Rowena évitait aussi de regarder les deux tourtereaux qui la rendaient un tantinet jalouse. Ils semblaient si amoureux, et cela lui rappelait qu'elle n'avait jamais éprouvé ça depuis quatorze années. Autant dire que ça remontait à loin. Et elle n'était ni mariée, ni fiancée, ni même tenue par un engagement futur. Libre comme l'air dirons certains. Le plus souvent elle était de cet avis, mais elle trouvait assez triste le fait de n'avoir jamais aucune attache. Pas d'enfants, pas de parents à qui rendre des comptes, pas de parents, pas de vrais amis. Sa vie sociale se résumait au hérisson qui venait squatter sa grotte et ses clients méprisables.
Quand le fiacre s'arrêta enfin, la jeune femme fut la première à mettre pied à terre, lâchant un au revoir peu aimable et s'élançant vers les habitations qui se dressaient à quelques centaines de mètres. C'était une petite bourgade, peut-être même pire où vivaient une dizaines d'âmes à tout casser. Tant qu'ils avaient de l'or, elle se fichait épérdument de combien ils étaient et de comment ils vivaient. Parfois elle se disait qu'elle était loin de la guérisseuse qu'elle aurait voulu être étant jeune. Mais on lui avait mis tant de bâtons dans les roues, on l'avait tellement regardée de travers qu'elle exerçait maintenant son art sans se soucier des qu'en dira-t-on. Peu lui importaient les habitants des villages dans lesquels elle se rendait, les bébés qu'elle soignait in extremis d'une maladie infantile. Tout ce qu'elle voulait, c'était son argent. Et rien d'autre. L'humain, il pouvait bien mourir qu'elle n'en serait sûrement que plus ravie. La compagnie des animaux lui était plus douce. Avant, elle aurait donné un bras pour sauver tous les blessés ou malades. Aujourd'hui, elle faisait son boulot, et s'en allait aussi sec. Il n'y avait plus en elle autant de bons sentiments qu'à l'époque.

Rowena avisa un groupe de vieilles femmes et marcha à grands pas vers elles, ne prenant même pas la peine d'adoucir son regard ou ses traits. La maison de monsieur Siroc s'il vous plaît. Les ancêtres parurent d'abord choquée devant si peu de politesse, puis elles indiquèrent une maison en mauvais état, un peu plus loin dans la ruelle. La sorcière s'y dirigea en toute hâte, se moquant royalement des yeux qui la fixaient tandis qu'elle s'éloignait. Elle frappa à la porte et attendit qu'une femme d'une cinquantaine d'années lui ouvre, l'amenant en la tirant par le bras au chevet de son mari, gagné par la fièvre depuis des jours avait-elle dit dans sa lettre adressée à une certaine Era M. Petit nom de code employé pour ne pas être reconnue.
Elle fit son travail en silence, demandant de temps à autre à la maîtresse de maison ce que monsieur avait mangé, s'il faisait des insomnies, s'il s'épuisait à la tache. Elle lui administra un remède basique, signalant que ce n'était qu'une méchante grippe et qu'il se remettrait bien vite. Acceptant un biscuit, elle sortit, son argent en poche.

Malheureusement, le ciel était déjà teint par les couleurs du crépuscule, et plus aucune calèche ne l'emménerait à Beruna, la ville la plus proche de ce petit hameau paumé. Les vieilles avaient disparu et plus personne n'érait dans le village. Grommelant, soupirant, elle s'élança vers la forêt, un raccourci lui avait-on dit.
Mais bientôt elle fut rattrapée par l'obscurité naissante et ne se dirigea plus qu'à l'instinct, ayant oublié d'emporter une source de lumière. Elle marchait un peu à l'aveuglette quand elle entendit du bruit non loin. Par réflexe, elle se cacha derrière un buisson. Puis, puisqu'elle ne voyait rien, elle reprit sa route, jetant des coups d'oeil à droite et à gauche au cas où. Dans une clairière, elle remarqua une forme sombre étendue au sol. Massive cependant. Inquiète, elle s'approcha à pas feutrés, remarquant un arbre auquel elle pourrait grimper si jamais ça tournait mal.
Finalement, c'était un humain. Qui était tombé sur le petit rocher de la pente juste à côté ? Peut-être... en tout cas il était vivant. Rowena se pencha vers lui et le secoua, allant jusqu'à le retourner pour voir son visage. Et une oreille pointue. Mais puisqu'on est à Narnia, c'est normal de croiser un elfe, n'est-ce pas ? Aussi ne fit-elle pas attention à ce détail et la jeune femme s'agenouilla tranquillement à côté de cet inconnu. Vous êtes blessé ? Laissez-moi vous aider, vous vous êtes peut-être tordu la cheville en tombant. Vous avez trébuché sur le rocher, je me trompe ? A vrai dire, son intérêt soudain pour l'aide envers les autres n'était pas dénué d'un intérêt plus personnel. Un elfe, ça avait forcément quelques richesses chez lui. Des armes, des ingrédients rares, des pièces d'or, ou de l'or tout court ! Si elle l'aidait, il pourrait se sentir redevable, et lui fournir un petit quelque chose en échange. Du gagnant-gagnant.
En attendant, la calormène palpa la jambe et la cheville de l'elfe, cherchant l'endroit où il souffrait éventuellement.
(c) AMIANTE


_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies

Invité
Invité

MessageSujet: Re: A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl    Lun 25 Aoû - 8:44


Rowena ▽ Eöl


« Sous le ciel, il n’y a rien qui soit stable, rien qui ne dure à jamais.  »
Le soleil venait à peine de se lever, et avec lui, l'elfe de Narnia, qu'un incident fut très vite recensé. Alors que le sage prenait une délicate infusion sur le bord de sa terrasse verdoyante, le fils du voisin apparut au fond du jardin. Un sourire aux lèvres il courrait comme s'il avait un dragon aux trousses. Posant délicatement sa tasse sur une table basse en bois, l'elfe se redressa et l'observa approcher. Une fois a sa hauteur, le petit garçon lui hurla tout excité "Il arrive ! Il arrive Eöl, il faut que tue fasse quelque-chose !!". Essayant d'abord de calmer le jeune homme, l'elfe garda tant bien que mal son calme. Au final, il compris que le jeune fermier ne parlait pas d'un ennemi, mais de la naissance de son petit frère. Eöl était guérisseur... pas sage femme ! Mais peut semblait leur importer, il y avait toujours quelqu'un pour lui demander de s'occuper d'une naissance, à son plus grand désarroi. Non pas qu'il n'aimait pas voir une nouvelle vie prendre forme sous le firmament, mais, c'était plutôt une question de... propreté. Il prit alors quelques affaires et suivit le jeune fermier pour faire ce qu'il avait à faire. Dans ce genre de situation il fallait être très méticuleux, très propre pour qu'il n'y ait aucun danger d'infection pour le bébé et la mère. Il garda ses réflexions pour lui, mais endosser le rôle de sage femme était ce qu'il détestait le plus dans son métier. Il préférait de loin recoudre les plaies qu'elles soient importantes, graves ou bénignes, il préférait éponger le sang et appliquer des baumes, des onguents, administrer des remèdes, donner des conseils pour guérir. Ce matin il avait juste besoin d'eau chaude et d'un objet tranchant désinfecté. Il aurait préféré ne pas avoir à essayer de motiver et calmer la mère pour qu'elle réussisse son travail, d'autant plus que cette dernière le mis en stresse à force de hurler et de serrer trop fort la main de son marie qui à la fin nous mettait le doute de savoir s'il geignait à cause de sa femme qui qui lui broyait la main ou s'il était simplement heureux d'avoir un second fils.

Environs 5 heures plus tard, oui, 5 heures, comme tout le monde s'entendait bien avec le guérisseur, ils l'invitèrent à manger à festoyer etc... il du même refuser l'offre que les parents lui firent, ces personnes voulaient que ce soit le guérisseur qui choisisse un prénom pour leur nouveau né. Un prénom elfique bien sur. N'étant pas un as en la matière, Eöl préféra refuser poliment, a vraie dire, il ne maîtrisait pas encore assez sa langue natale, qui sait, il l'aurait surement appelé chaussette ou endive en inversant quelques lettres sans le vouloir. Lorsqu'il retrouva enfin son doux foyer, il décida de faire une liste de tout ce qui manquait dans ses pots. La matinée avait était longue et plutôt pénible, il était quelque peut fatigué et avait grand besoin de se changer les idées. Se persuadant qu'il était en pleine forme, il décida d'aller cueillir les herbes qu'il lui manquait. Revêtant sa longue tunique fendue aux couleurs bleu azuré et aux longues manches évasées, il se prépara pour une petite marche. Bien sur il enfila une paire de bottes faites de cuir végétal teintées de marrons, c'était ses meilleurs chaussures de marche. Il s'arme aussi d'une sacoche en bandoulière faite main, dans laquelle il avait stocké de nombreuses besaces pour y ranger ses différentes plantes et autres petites baies. Comme il avait le temps, il fit un grand détour, s'éloignant de Béruna et de ses habitants. Préférant les chemins inexplorés aux sentiers, il trouva très facilement les plantes dont il avait besoin. Vers la fin de l'après-midi, il se retrouva face à un lac. Contemplant les miroitement des rayons du soleil à sa surface, il vit combien ces eaux là étaient apaisantes. L'eau était limpide, on y voyait de grosses carpes nager sous la surface. Contournant le lac, il finit par trouver un cours d'eau, qu'il remonta en suivant la rive. C'était sans doute le seul moyen de trouver les roseaux aux quenouilles bleu si rare. La nuit engloutissait petit à petit le jours, faisant s'étirer les ombres sur le sol rocheux parsemé d'herbes et de mousses. Le manque de clarté céleste ne dérangeait en rien l'elfe puisque ses yeux plus affûtés que ceux de certains animaux, lui permettaient de voir bien sans user de torche. Pouvait-on vraiment parler de vision nocturne ? Peut-être avait-il cette capacité, ou ce défaut, qu'avaient certains elfes, son ami le sorcier lui avait un jour raconté que beaucoup d'entre eux étaient atteint de nyctalopie. Qui sait, peut-être que l'un des parents d'Eöl lui avait légué cette capacité. La nyctalopie était-elle peut-être héréditaire... Se perdant dans ses réflexion, Eöl trouva enfin ce qu'il cherchait. Il casse le roseau proche de la racine, puis sépara la quenouille de la tige, il mis les deux parties dans sa sacoche. Un seul et unique roseau, il n'en avait trouvé qu'un seul. Et puis, même s'il faisait nuit, qu'est-ce qui l'empêchait de ne pas continuer ses recherches ? Absolument rien.

En avançant sur ce terrain, il se retrouva très vite à marcher sur des rochers moussus. Il n'y avait plus d'eau qui coulait, juste une succession de pierres plus glissantes les unes que les autres. Il avait pourtant l'habitude de la mousse glissante sur les branches d'arbres, mais celle-ci sur les rochers était vraiment bien plus traître. Même avec son agilité et sa grâce légendaire, il avançait tout de même avec peine, glissant par moment. Puis soudainement il entendit un bruit sous le couvert des arbres. Qui pouvait bien se trouver dans les parages à une heure pareille ? Se souvenant qu'il n'avait pris aucune arme avec lui, si ce n'est ce petit couteau à bout rond avec lequel il coupait sa récolte, il allait devoir ruser. Par précaution, il se retourna vivement afin de voir qui venait perturber le calme de ce début de soirée. Malheureusement son geste fut si précipité que les pans de sa tunique ne suivirent pas au bon moment, ce qu'il le fit glisser lorsqu'il avança un pied sur un rocher moussus. En moins de deux, il bascula en avant, se réceptionnant sur le torse et les coudes, par chance sa tête n'avait pas heurté le sol rocailleux. Avant même qu'il n'eut le temps de se relever, il sentit une main le retourner et des yeux féminins se posèrent sur son visage. Il battit plusieurs fois des paupières afin de mieux comprendre où il était exactement. Se redressant doucement une main sur la poitrine pour vérifier qu'il n'avait rien de casser, il sentit sa tête lui tourner. L'inconnue s'agenouilla à ses côtés. Ce visage, il avait quelque-chose d'inquiétant... Eöl recula doucement avant de se redresser de toute sa hauteur, il repris son souffle avant de dire poliment.

▬ Tout vas bien je suis entier, merci de vous en inquiéter cela me touche énormément. Ma cheville va très bien. La seule aide que vous pourriez m'apporter c'est de m'aider à trouver les rares roseaux qui poussent dans les environs, mais je ne voudrais point vous obliger. Et oui j'ai glissé, je n'ai pas l'habitude de ce genre de mousse, elle est très farceuse. Merci de votre aide, bonne soirée gente demoiselle.

Inclinant princièrement la tête et affichant un sourire amical, il se détourna et fit quelques pas à la recherche de sa plante rare. Il était tellement absorbé par sa recherche qu'il ne s'était même pas présenté, n'avait échangé presque aucune politesse. Et puis que faisait une jeune femme dans un endroit pareil alors qu'il faisait nuit. Elle n'avait pourtant rien d'une guerrière ou d'une voleuse de grand chemin. Jetant un coup d'oeil en douce, l'elfe ne regardait plus où il mettait les pieds. Ici il n'y avait quasiment pas de terre et d'herbe, les rochers jonchaient le sol, rendant le terrain accidenté et difficile à parcourir; ajoutez à cela de la mousse humide et de la rosée, c'était un peut comme essayer de se déplacer sur des plaques de verglas bosselées et sans chaussures adaptées. Se sentant tout de même coupable de laisser une jeune femme seul dans un endroit pareil, sans se retourner, il lui demanda.

▬ Vous êtes-vous perdue ? Je peux vous reconduire sur le sentier le plus proche si cela...mordicus... wo... !!!

Mais avant même qu'il n'eut terminé sa phrase, ses deux pieds glissèrent de nouveau sur la mousse tandis que l'une de ses manches se coinça entre deux gros rochers. Cette fois-ci il ne pouvait pas se retenir avec quoi que ce soit lorsqu'il bascula en avant. Sa manche se décousue de son épaule dans un déchirement sinistre tandis qu'il sentit le sol froid sur son front. Ses yeux commencèrent à se fermer puis à se ré-ouvrir, il voyait tout floue et sentait une horrible douleur avant que la nuit ne l'emporte, tout était soudainement devenu noir et silencieux. Sa tête venait de heurter une grosse pierre lisse. Totalement inconscient, le prince imaginaire gisait dans ce qui était autrefois le lit d'un ruisseau, son diadème d'or et d'argent n'avait pas quitté sa tête, mais sa tunique était très abîmée, là où la manche s'était déchirait, le bras était écorché. Pauvre inconnue, ils ne se connaissaient même pas, et la voilà qui avait un imposant elfe inconscient à sa charge.
 
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 617
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 648

MessageSujet: Re: A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl    Mar 26 Aoû - 18:41


Eöl ▽ Rowena


And the people help the people. Give me your hand and I'll hold it.
L'elfe ne semblait pas blessé puisqu'il ne lâcha aucun petit cri de douleur et ne fit pas la moindre grimace indiquant qu'il avait mal. C'était bien pour lui, mais il n'était en rien redevable à Rowena de l'avoir aidé. Ce n'était pas bénéfique pour elle et elle commençait à se dire qu'elle devrait presque le faire tomber accidentellement, l'aider, et récupérer une sorte de récompense pour s'être ainsi excusée de sa faute. En effet, c'était un plan fourbe, sournois, mais parfois il faut être prêt à tout pour gagner sa vie. Quoi que la sienne soit bien assurée, remporter toujours plus l'enchantait au plus haut point.
L'inconnue se releva après un petit mouvement de recul. Le regard de la guérisseuse ne devait pas être très rassurant dans l'obscurité. Ca n'était guère son problème si les gens avaient peur d'un simple visage. Toutefois il lui parla avec une grande politesse à laquelle elle n'était pas habituée. Elle se fit d'ailleurs la réflexion qu'il portait une sorte de couronne et était habillé comme un véritable petit prince. Un seigneur elfe ? Peut-être, peut-être pas. Pour tout dire, elle s'en moquait. Il n'était qu'une vie parmi tant d'autres et n'avaient pas plus d'importance à ses yeux que le plus misérable insecte de ce monde. Une vie capable de l'enrichir, certes. Mais une vie insignifiante tout de même.
Il avait parlé de plante rare ? Des roseaux avait-il dit... C'était mieux que rien pour rendre un service payant. Alors elle le suivit, regardant à droite et à gauche, ne sachant pas vraiment à quoi ils ressemblaient s'il étaient si rares. Puis elle entendit de nouveau sa voix déchirer le silence de la nuit et tourna la tête dans sa direction, juste à temps pour le voir glisser. Son juron était intéressant et s'il ne s'était pas cogné le crâne, Rowena aurait sûrement éclaté de rire.

Elle se hâta près de lui, grimaçant devant sa tenue abîmée et son bras écorché. Et en plus il semblait avoir perdu connaissance. On disait les elfes sveltes, légers. Cependant celui-ci n'avait pas l'air si léger que ça. Et il était bien plus grand que la calormène. Elle le claqua à plusieurs reprises, espérant ainsi le réveiller, mais ça ne marchait pas comme prévu. Elle ne pouvait décemment pas le laisser ici, au milieu des rochers et peut-être surveillé par des animaux sauvages. Comment la remercierait-il si elle l'abandonnait ? S'il mourait ? Après avoir réfléchi, hésité, elle passa un bras d'elfe derrière sa tête et posa sa propre main au niveau des côtés de cet inconnue maladroit. Et dire qu'on louait l'agilité des êtres sylvestres ! Le premier qu'elle rencontrait se cassait la figure sur de maheureux rochers tapissés de mousse. Il ne savait juste pas marcher voilà tout. Maintenant elle allait devoir le porter jusq'à un point d'eau où elle pourrait mouiller sa petite plaie et son visage sale. Rowena avança difficilement, s'écroulant parfois sous le poids du demi-cadavre, le posant à d'autres instants pour lui donner une gifle, rageusement. Elle grommelait, insultait l'elfe et se maudissait presque de l'avoir aidé alors qu'il paraissait déjà pataud de loin. Quand enfin elle trouva un petit court d'eau, elle soupira de soulagement et laissa tomber le corps. Elle alla boire avec avidité, rinçant son visage avant de jeter un regard noir à l'elfe toujours inconscient.

Lorsqu'elle revint auprès de lui, la jeune femme arracha d'un coup sec la manche qui avait déjà été déchirée. Elle reprenait son souffle avec peine et son dos la faisait horriblement souffir. Heureusement que le ruisseau n'était qu'à cinq minutes du point de départ avec une marche normale, sinon elle aurait mis bien plus de vingt minutes pour traîner cet imbécile.
Elle trempa le tissu dans l'eau et nettoya le bras de l'elfe, enlevant avec un objet pointu sorti de son sac les tout petits cailloux qui collaient autour de l'écorchure. Une fois qu'elle eut fini, elle s'assit à côté de lui, attendant qu'il se réveille. Puis, n'y tenant plus, elle le traîna avec peine jusqu'au ruisseau et lui plongea la tête dans l'eau, priant pour que le manque soudain d'air le fasse reprendre conscience. Rowena le sortit de l'eau, tapotant ses joues en lui parlant d'une voix ferme. Hé ! On se secoue l'elfe c'est pas le moment de sombre ! Allez debout ! Ohé ! Elle le frappa plus violemment, commençant légèrement à s'inquiéter de ne pas le voir revenir.
(c) AMIANTE


_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies

Invité
Invité

MessageSujet: Re: A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl    Ven 29 Aoû - 7:40


Rowena ▽ Eöl


« Sous le ciel, il n’y a rien qui soit stable, rien qui ne dure à jamais.  »
Pourquoi faisait-il si noir tout à coup ? Avait-il un jour eut le privilège de connaître pareil paix au sein de la nature ? Plus une brise, plus un bruissement de feuillage, plus un hululement dans la nuit, simplement le silence. Et que dire de ses yeux si ce n'étaient qu'ils ne voyaient rien. La voix de son vieil amis sorcier raisonna alors dans un coin de sa mémoire, cette voix disait doucement "La souffrance est pire dans le noir ; on ne peut poser les yeux sur rien." Hélas, c'était bien vrai. Complètement amorphe, même s'il l'avait voulut de toutes ses forces, ses yeux refusaient de s'ouvrir, il ne pouvait donc que contempler l'obscurité. Puis au bout d'un moment il sentit la douleur. Elle fourmillait dans son bras, dans sa tête et s'intensifiait peut à peut. S'il eut été pleinement conscient il aurait su quelle plante ingurgiter pour calmer ces désagréments passagers. Il ne sentit pas qu'on le frappa, qu'on l'insulta et qu'on le transporta dans un autre endroit, son âme flottait dans le néant.

Puis quelque-chose de froid glissa sur sa peau, il ne savait pas vraiment où exactement, mais cela le fit frissonner. Combien de temps était-il resté là à ne pouvoir rien ressentir ? C'était sur son bras, il en était désormais persuadé, même s'il sentait à peine cette étrange caresse à moitié froide et humide, il savait que c'était sur son bras, et celui qui lui faisait mal. Avec un peut de chance, c'était peut-être un animal qui l'avait secourus et qui essayait de l'aider, sentant que c'était ce membre là en particulier qui était douloureux. Eöl aurait aimé remercier cette créature qui essayait tant bien que mal de l'aider, mais il ne pouvait encore rien dire, ni voir. La sensation fut tout de suite moins agréable lorsqu'il sentit qu'on triturait dans ses chairs. Impossible de voir ce qui se passait, d'autant plus que son âme refusait catégoriquement de reprendre le contrôle de son corps.

Puis soudainement, il sentit qu'on le traînait avec peine, il sentait le sol sous ses jambes, priant pour qu'il ne s'agisse pas d'un loup voulant traîner son cadavre jusqu'a ses petits. Soudain il se sentit vraiment très mal. Cette sensation là, il la connaissait et l'avait maint fois détestée par le passée. En un clin d’œil son esprit reprit le contrôle de son corps endoloris. De l'eau, l'avait-on jeté à la mer alors qu'il était inconscient ? Dans le lointain il entendait les ricanement des pirates, les vagues et l'embrun lui fouettaient le visage, lui donnant la nausée. L'enfer, voilà, il y retournait aujourd'hui. Par chance, il pris pas une grande bouffé d'aspiration lorsqu'il avait la tête sous l'eau, il le fit une fois la tête dehors. Son cœur battait la chamade, pris de panique, il n'arrivait toujours pas à ouvrir les yeux, cherchant quelque-chose sur quoi s'agripper. L'eau froide dégoulinait sur son visage crispé. Prisonnier de ses visons du passé, il n'était pas totalement revenu. Il entendit à peine la voix de cette femme qui manifestement était toute proche de lui, ce qu'il retint était ces quelques bribes de phrase: "c'est pas le moment de sombrer..."

▬ Que... nous sombrons ?! Non, ce n'est pas possible...libérez moi !

Il arrivait à peine à bouger, c'était peut-être pour cette raison qu'il croyait être de nouveau enfermé dans les geôles du navire. Pataugeant dans la rivière il essaya de tendre la main désespérément. Entre-ouvrant les yeux avec peine, il ne réussit à voir que des formes floues. Il faisait nuit et une personne était non loin de lui. Un membre de l’équipage avait pensé à lui et venait le délivrer avant que le bâtiment ne soit envoyé par le fond. Aussi loin que ses souvenirs remontaient, il ne savait pas qu'une femme avait été engagé à bord. Etrange... Ses yeux papillonnaient comme s'il lutait à chaque fois qu'il ouvrait les paupières. Au bord de l'inconscience, il lutait non pas pour échapper à la mort, mais pour essayer de reprendre le contrôle de ses membres.

▬ Ainsi toujours poussés vers de nouveaux rivages. Dans la nuit éternelle emportés sans retour. Ne pourrons-nous jamais sur l'océan...Jeter l'ancre un seul jour ?!

L'air grave, il parla quasiment à voix basse, rendant la chose encore plus dramatique qu'elle ne l'était. C'était comme si en l'espace de quelques secondes, une tristesse infinie était passé dans les étincelants yeux bleu et sans âge de l'elfe lorsqu'il croisa le regard de la demoiselle.

 
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 617
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 648

MessageSujet: Re: A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl    Dim 31 Aoû - 16:02


Eöl ▽ Rowena


And the people help the people. Give me your hand and I'll hold it.
Rowena crut pendant un instant qu'elle allait devoir l'abandonner à son sort. Il ne bougeait pas et semblait totalement inconscient. Trop pour revenir à lui avant l'aube. Et elle n'avait pas envie de passer la nuit dans une forêt obscure où rôdait peut-être des sangliers, ou des bandits. Même dangereuse avec ses poisons, elle restait une femme relativement faible au combat. La peur était un outil plus précieux qu'une épée entre ses mains.
Mais par miracle - ou peut-être parce qu'elle avait bien failli le noyer - l'elfe revint à lui. Pourtant, il parut très étrange. Il aurait pu hurler ces mots paniqués mais il parlait à voix basse. Et il voulait être libéré. Alors qu'aucune chaîne n'entravait sa route. Si il n'avait pas été aussi sonné, il aurait pu partir sans demander son reste. Le voilà qui passait pour un dégénéré à parler de "sombrer". Oui, c'est ce que la guérisseuse lui avait soufflé, qu'il n'était pas encore temps pour lui de sombrer... dans les brumes des rêves. Or lui avait l'air de parler de navire. De cachot ? Rowena n'en savait rien et, perplexe, croisa les bras en haussant un sourcil.

L'inconnu tendit la main, l'eau lui arrivant jusqu'au chevilles. Que faisait-il au juste ? On aurait dit qu'il était en train de revivre un cauchemar. Il rêvait éveillé ? Peut-être même était-il finalement en train de dormir et qu'il faisait une crise de somnambulisme.
Ne sachant pas trop ce qu'il se passait, la calormène s'approcha de l'elfe et attrape cette main du bout des doigts. Elle le laissa sortir son petit monologue et soupira. Vraiment, elle ne comprenait pas ce qu'il racontait. C'était comme ces poèmes barbant qu'on servait dans ces maudits royaumes du Nord. Elle n'y comprenait pas un traître mot, et ça l'énervait au plus haut point. Pourquoi par Tash parlait-il d'encre et d'océan ! C'était la forêt ici, la terre ferme. Est-ce que cet être cinglé avait mis les pieds sur un bateau pour se retrouver avec un mal de mer et un naufrage en perspective ?
Exaspérée, Rowena lâcha un second soupir et frappa l'elfe d'un revers de la main droite particulièrement sec. Si ça avait été l'inverse, elle aurait valsé et serait tombée avec élégance sur la mousse. Cependant elle n'avait pas la force des hommes et c'est à peine si l'autre tituba. Au moins s'était-il tut.

Appuyant sur ses épaules, elle le fit s'agenouiller devant le ruisseau et entra sa main dans le liquide encore plus froid que l'instant d'avant. Tu vois elfe, ce n'est que de l'eau douce. Pas de mer, pas d'océan rien. Alors boucle là ou tu vas rameuter tous les malfrats de la région. Tu es sur terre pas sur un navire ! Reprends-toi par Tash ! Elle l'aspergea, passant ensuite la main sur son front. Il n'avait pas de fièvre. Elle put en conclure qu'il n'était pas malade mais bel et bien tourmenté par un quelconque souvenir. Heureux ou malheureux. Dans un élan de compassion elle ouvrit la bouche pour lui demander ce qui n'allait pas. Et puis elle se retint. En fait elle s'en fichait, c'était pas ses oignons. Les histoires à dormir debout, elle en avait assez grâce aux vieilles du marché qui parlaient sans gêne de leurs problèmes les plus intimes en passant par l'existence complète de leur petit-fils. Rowena en venait à regretter le royaume du Tisroc - puisse-t-il vivre pour toujours - et ses coutumes si différentes. Là-bas on ne criait pas sur tous les toits que le petit dernier de la famille venait d'aller tout seul aux toilettes pour la première fois. Simple question de retenue.

La jeune femme sortit de son sac une petite fiole contenant un liquide rosâtre et le donna à l'elfe. Tiens, bois ça ça te soulagera un peu. C'est quoi ton nom, inconnu ? Oh et ne me parle pas de ton délire, je m'en moque complètement. Dis-moi plutôt si tu te soignes parce que franchement tu fais peur... Elle prit sa gourde d'eau et but une gorgée avant d'éclater de rire et d'aller s'asseoir sur un rocher tout gris à quatre pas, sans aucune mousse pour salir ses vêtements. De son poste, elle observa l'elfe en croquant dans une pomme qu'elle avait emportée.
Il l'intriguait. Non pas parce qu'il était un être sylvestre totalement différent des gens qu'elle croisait habituellement mais plutôt parce qu'il dégageait une aura de sagesse. Et aussi parce qu'il venait de prouver qu'il aurait pu jouer dans une pièce dramatique. Et plus sérieusement car il paraissait bien plus aimable. Il ne l'avait pas envoyée bouler, même s'il n'avait pas fait preuve d'une grande courtoisie. Les hommes qu'elle voyait la regardaient de haut. Ils étaient trop nombreux à ne voir les femmes que comme des objets. Or elle n'avait pas vu une telle lueur dans ses yeux bleus. Sans doute parce qu'il n'était pas humain.
Enfin, elle serait ravie de passer un peu de temps en sa compagnie. Si toutefois il se calmait. Ca n'était pas amusant de contempler un fou s'agiter dans tous les sens en hurlant des paroles incompréhensibles. Néanmoins elle refusait de savoir ce qui l'effrayait autant au contact de l'eau. Après tout, il agissait normalement avant son choc, et tout à coup il était partit en vrille. Craignait-il la mort par noyade ? Peut-être.
Rowena le dévisagea et remarqua que ses cheveux était encore plus lisses que les siens. Ne se souciant même pas de ce qu'il pourrait en penser, elle prit entre ses doigts quelques mèches et les regarda. Elle préférait quand même leur couleur. Ce blond platine ne lui plaisait pas spécialement.
(c) AMIANTE


_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies

Invité
Invité

MessageSujet: Re: A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl    Mer 3 Sep - 8:34


Rowena ▽ Eöl


« Sous le ciel, il n’y a rien qui soit stable, rien qui ne dure à jamais.  »
L'inconnue qui l'observait dans sa tristesse finit par lui saisir la main du bout des doigts. Elle voulait l'aider à s'échapper de sa prison où l'eau était montée jusqu'aux chevilles. Puis avant même qu'il n'ait pu la remercier, cette jeune femme le frappa du revers de la main, est-ce que cela lui remis les idées en place ? En tout cas il resta perplexe, bien que cela ne lui fit pas mal, ce qui lui fit mal c'est cette douleur dans sa tête qui s’amplifia encore un peut. Il sentit qu'on appuyait sur ses épaules pour le faire s'agenouiller hors de l'eau. Il découvrit qu'il n'y avait pas de barreaux autour de lui, ni de chaîne retenant sa cheville. Ses yeux n'avaient pas encore récupérés sa capacité normal pour pouvoir voir où il se trouvait exactement. L'avait-on pris en otage ? Avait-on déjà accosté sur une île ? L'elfe cligna des yeux plusieurs fois tandis que la voix de la jeune femme parvint à ses oreilles. Ses yeux étincelants étaient rivés alors sur l'eau, puis il les posa sur la demoiselle une fois qu'elle sembla hausser le ton. Sur terre ? Même s'il n'aimait pas la manière dont elle venait de lui parler, cette étrangère venait de lui donner une information importante, il étaient bel et bien sur terre. cela voulait peut-être dire que le navire avait finalement coulé.

Complètement désorienté, il se prit alors une gerbe d'eau froide en plein visage. Puis il sentit une main sur son front et tressauta à cette sensation. Elle l'avait touché, ce qui d'ordinaire n'arrivait jamais, ces personnes qui le traitait comme un animal, une espèce à part, jamais ils n'auraient osés poser un doigt sur cette étrange peau. En générale c'était lui qui posait ses mains sur les patients. Pétrifié par l'incompréhension, l'elfe observa un peut mieux le visage de l'étrangère. Cette dernière ouvrit la bouche comme pour lui demander quelque-chose, mais elle finit par se raviser. Puis elle sortit une fiole de son sac et lui tendit. Doucement il l’attrapa, sentant une étrange douleur dans son bras. Il grimaça. Avant de porter le flacon à ses lèvres, il retira le petit bouchon de liège et mis son nez au dessus de l'ouverture. L'odeur était plutôt agréable, ce qui signifiait certainement que le contenu devait être affreusement difficile à boire. D'autant plus qu'il n'avait pas confiance du tout, une inconnue dans la nuit lui disant de boire le contenue de son flacon, peut-être qu'il s'agissait de poison. Pendant un instant, le regard de l'elfe disait "suis-je vraiment obligé ?" mais au final, il tenta le tout pour le tout et bue la fiole cul-sec sans respirer.

Son visage se crispa tant le liquide était à la fois acide et amère, il n'était pas du tout sucré. L'elfe toussa à plusieurs reprises avant de retrouver son calme. Il plongea ses mains dans le ruisseau et forma une coupelle pour boire l'eau histoire de faire passer le goût du liquide rose. Puis avant de répondre aux question de l'étrange demoiselle, il se redressa gracieusement de toute sa hauteur et fis passer ses longs cheveux lisse derrière ses épaules. Le monde se mit alors étrangement à tourner, mais il arrivait à tenir debout. C'est là qu'il se rendit compte que son bras droit était nue, tout autant que son épaule, le tissus de sa tunique était tellement déchiré que son pectoral droit devait lui aussi sentir les courants d'air. Etrange cette tenue... il ne se souvenait pas avoir quitté ses vêtements d'aventurier, il les portaient sur le bateau. Et ce diadème sur sa tête, c'était celui qu'il avait récupéré lors d'un coup de maître, alors, quand étions-nous ? Le rire de la demoiselle le laissa tout autant perplexe.

▬ Je... je suis Eöl Noldor, guérisseur et... je faisait partie de l'un des équipage d'un groupe d'explorateur... et de pirates.

Oui il était guérisseur, mais pas totalement à l'époque dans laquelle il croyait se trouver. Au moins il n'avait pas oublié ses connaissances puisqu'il avait encore des noms de plantes en tête, ce qu'il avait oublié, c'était ce coup à la tête. A vraie dire c'était aussi la première fois qu'il disait à quelqu'un d'inconnu qu'il avait était explorateur et mêlé à des pirates, pour lui, c'était comme si c'était hier.

▬  Et vous qui êtes-vous ? Qu'est-il arrivé à mon bras ? C'est moi ou le sol bouge ?

C'est alors qu'un filet de sang coula sur son visage, partant de son front, glissant le long de sa tempe. Juste quand il commençait à retrouver une vue normal, il sentit ses jambes flageoler. Ne pouvant se raccrocher à rien, il tomba à genoux, priant pour que ce qu'il venait de boire n'était pas ce qui le mettait dans cet état. Posant une main au sol comme point d'appuie, il murmura le regard dans le vide.

▬  Mes souvenirs se mélangent... je vois le navire s'échouer mais aussi mes voisins heureux d'avoir eut un nouvel enfant. Tout ne peux s'être passé en même temps, d'autant plus que je n'avais pas les mêmes vêtements... ma tête...
 
(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 617
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 648

MessageSujet: Re: A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl    Mer 17 Sep - 16:31


Eöl ▽ Rowena


And the people help the people. Give me your hand and I'll hold it.
Il ne fallut pas longtemps à cet elfe étrange pour arrêter son délire. Il ne parlait plus comme un poète ayant sérieusement abusé de substances telles que les champignons hallucinogènes. Toutefois il restait une énigme aux yeux de la sorcière. Par tous les dieux de Calormen, qu'est-ce qu'un être comme lui avait bien pu faire sur un bateau ? Car de toute évidence il avait fait un voyage en mer... dans quelles circonstances, ça c'était un mystère. Fou. C'est le seul mot qui venait à l'esprit de Rowena pour la désigner. Jusqu'à ce qu'il lui donne son nom en tout cas. Et effectivement elle n'avait jamais entendu parler de lui. Que ce soit plus au Nord comme plus au Sud. Peut-être était-il un guérisseur tout aussi solitaire qu'elle même. Quoi qu'il en soit, il continuait de bredouiller des bouts de hrases ponctués d'hésitations. Si seulement il n'avait pas glissé sur ces maudits cailloux couverts de mousse... la conversation aurait pu être plus agréable que ce qu'elle était dorénavant.
Deuxième élément des plus intéressants, il était bel et bien parti sur l'eau ! Avec les royaumes ou avec des pirates ? La calormène se perdait un peu et pensait qu'il se contredisait dans la seconde mais elle penchait tout de même davantage pour la seconde option, comme il l'avait si bien dit. Après tout les narniens qui partaient en mission pour le roi n'aurait jamais blessé un elfe, et ce dernier avait pourtant l'air de craindre ces hommes avec qui il avait fait le voyage. Enfin, c'était là l'avis qu'elle se faisait de ces brèves informations. Peut-être avait-il été tout à fait courtois mais que par un malheureux hasard, le bateau avait sombré tandis qu'il nettoyait les cachots ? Les cachots parce qu'il avait hurlé pour obtenir sa libération quelques instants plus tôt.

Finalement il l'interrogea à son tour. La jeune femme ne le regardait même plus, trop occupée à mordre dans le fruit rouge avec un air insolent. Et elle dû faire un grand effort pour ne pas glousser. Comme si Narnia était victime de tremblements de terre. N'importe quoi... se croyait-il encore sur un navire bon sang de bon soir ?! L'envie lui vint de l'assomer et de se retirer en douce. Mais elle espérait toujours qu'il lui soit redevable et qu'il lui donne quelque chose en échange de sa gentiesse. Par Tash, elle restait dans les bois avec un parfait inconnu, et au beau milieu de la nuit, alors si elle ne recevait rien pour ces heures supplémentaires, où irait le monde ?
Alors quand Eöl tituba elle se releva d'un bond et fit un pas en avant. Maintenant il allait croire qu'elle l'avait empoisonné. Ce n'était réellement pas le cas, elle avait autre chose à faire que de tuer les gens aussi fourbement. Rowena posa sa pomme sur son petit sac et s'agenouilla devant l'elfe pour le prendre par les épaules, doucement cette fois. Allons allons. Tu n'es plus sur un bateau, tu es dans la forêt. Tu es juste tombé par terre à cause de la mousse. Tu n'es plus en mer mais à Narnia l'elfe. Tout va bien. Sa propre voix étonna la demoiselle qui recula aussi sec en se râclant la gorge. Elle avait une réputation à tenir. Fronçant légèrement les sourciles et posant les mains sur ses hanches, elle ajouta sur un ton plus ferme. Je m'appelle Era. Il n'avait guère besoin d'en savoir plus. Toutefois s'il venait à poser des questions peut-être, dans sa grande générosité, répondrait-elle.

Elle alla chercher la pomme et l'envoya à Eöl. Il devait manger un peu, pour reprendre ses esprits. Puis elle lui expliqua qu'elle avait nettoyé sa petite plaie et avait donc arraché sa manche, pour lui mouiller le front aussi. Ca faisait du bien en général alors elle avait essayé. Même si elle exposait ainsi ses connaissances en médecine, elle ne pouvait pas lui laisser croire qu'elle était une sorcière au nez crochu et armée d'une baguette magique.
Puisque la soif la gagnait de nouveau, elle vida sa gourde et s'assit près de l'eau pour la remplir. Avec sa main elle constata qu'elle était encore plus fraîche que quelques minutes avant. Parfait donc.
(c) AMIANTE


_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl    

Revenir en haut Aller en bas
 

A Narnia, une aide sera toujours apportée à qui le mérite. | Eöl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA ™ :: Hors-jeu :: Le Pays d'Aslan-
Carte du monde de Narnia

Se déplacer
Top partenaires


Plus ? + Vous ?