Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Dim 10 Aoû - 18:04



Olivia && Freyja
Un rayon de soleil parvenait au visage de Freyja, elle dormait encore tranquillement lorsque sa domestique rentra dans la chambre et tira les rideau en réveillant brutalement la demoiselle. C'était tous les matins comme ça depuis que le duc son frère avait changé le personnel. La domestique qui était une dame dans la quarantaine, ne ménager Freyja. Il lui était impossible d'être tranquille, de faire ce qu'elle le désirer sans être espionner, traquer par la servante. Freyja se leva de son lit en soupirant, la domestique avait déjà tout préparé et parler seule des commérages d'Anvard. C'était une habitude chez elle, de se mêler de ce qui ne la regardait pas, de toujours critiquer tout le monde. La jeune femme ne l'écoutait même pas, elle se préparait avec l'aide de la domestique. Aujourd'hui, elle porterait sa robe rouge ainsi que sa cape et ses bottes. C'était le jour où certains navires de Calormène arrivaient au port pour vendre leur marchandises. Freyja adorait s'y rendre et acheter du tissus, des bijoux et autres bricoles de femme.
Elle donna plusieurs tâches à faire à la domestique et quitta ses appartements afin d'avoir la paix. En descendant dans la salle du repas, son frère l'attendait déjà. Impassible, froid,  distant... Estham était un homme qui semblait posséder un cœur de pierre. Il en avait le tempérament en tout cas et c'est ce qui lui valait du succès à la cour ainsi qu'auprès des femmes.

- Où vas-tu ?

Freyja se crispa.

- Faire une promenade vers la tombe de notre père.

Estham la regardait droit dans les yeux, cherchant sans doute à la sonder. Finalement, il baissa le regard sur son assiette et ne répondit pas. Il était impossible pour la jeune femme de lui dire la vérité sans avoir des remontrances. C'est pour cette raison qu'elle lui avait menti. Après le repas, le frère et la sœur se quittèrent sans échanger un mot. Freyja partit à cheval accompagné de son écuyer. C'était le seul que son frère avait gardé, Loïc lui était fidèle et donnerait sa vie pour elle. Ensemble, ils prirent la direction d'Anvard, de la place principale. Sur place, ils laissèrent les chevaux et Loic eu pour ordre de les surveiller tandis que Freyja s'en aller seule dans la ville. Il était rare qu'elle s'en aille seule, sa bourse était pleine et très voyante, elle n'avait aucun moyen de se défendre. Une proie facile, naïve. La jeune femme pris la direction du port. Là-bas, elle fit le tour des marchands, elle s'arrêta près d'un vendeur de tissu carlomène. Il lui tourné le dos, Freyja s'approcha pour mieux toucher le tissu mais, à peine avait-elle frôler les tissus que le marchand lui agrippa le bras violemment.

- Hé mignonne, tu touche, tu paye ! C'est comme ça ici !

Freyja surprise et nullement intéressée par le tissu s'emporta.

- Lâchez-moi sale porc ou je hurle !

- Pour qui tu te prend sale voleuse ! Je m'en vais te mettre aux fers et tu me servira d'esclave sur le bateau !

Freyja le mordit au poignet et pris la fuite, poursuivit par les deux fils du marchands visiblement bien entraînés et armés.



FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Dim 10 Aoû - 20:04



Don't make me sad, don't make me cry
Olivia & Freyja


Après notre petite escapade d'une nuit à Narnia, même si cela m'avait fait du mal de devoir encore une fois quitter mon frère, je savais à présent au moins qu'il était vivant, bien que je n'étais guère réjouis  l'idée de savoir qu'il traînait dans des tavernes à se soûler comme un homme qui a tout perdu. Bon en sois oui, il a tout perdu. Enfin façon de parler, car il a moi à présent. Quand j'avais appris que son bateau avait fait naufrage en mer et qu'on disait qu'il n'y avait aucun survivant, je crois que j'avais été encore plus triste que lorsque ce fut ma mère qui était partie. Je pleurais la mort de mon cher frère chaque soir, nous étions si proches. Savoir qu'il était vivant était un miracle. Mon corps était parcouru par un sentiment encore plus fort que le soulagement, c'était indescriptible. Toutefois, j'avais été assez remontée contre lui après, car je ne comprenais pas comment il avait pu se faire passer pour mort, même à moi, sa sœur. Si notre relation était la même que celle qu'on peut avoir avec père, j'aurai compris, mais là...
Le bateau arriva ce matin là à Anvard. On avait dû remonter tout le fleuve de la Flèche Coudée pour atteindre la capitale Archelandaise. Nous n'allions pas repartir avant plusieurs jours. Le bateau devait être réparé, puis chargé. Cependant, même si j'aimais ma vie de pirate, avoir ce statut n'était pas très gratifiant. Déjà, on avait été obligé d'amarrer le bateau un peu plus loin du port, car que dirait les gens s'ils voyaient un vaisseau pirate pointer le bout de son nez ? « On se ferait étriper... » pensais-je alors que posais un pied sur le sol avec mes affaires.
En règle général, je trouvais que j'étais une pirate assez spéciale. Mon éducation dans la noblesse y jouait sans aucun doute. J'étais assez neutre contrairement à beaucoup des membres de l'équipage, qui ne pouvaient s'empêcher d'haïr les gardes royales. Personnellement, du moment que l'on ne m'attaquait pas, je ne sortais pas les armes, j'agissais toujours lorsque quelque chose me paraissait juste. Ce résonnement pouvait être à la fois honorable, mais aussi contraignant, sans non plus être mon talon d’Achille.

Avec Lenaë, nous avions un appartement dans Anvard, car en effet, ses grands-parents étaient de riches pirates qui possédaient de nombreuses demeures. « Dieu soit loué, sinon nous dormions à la belle étoile sur la plage... » pensais-je en souriant, tandis que je me dirigeais avec mon amie jusqu'à notre maison. En chemin, Lenaë me disait qu'aujourd'hui, des bateaux marchands venaient au port pour y vendre leur marchandise. Je savais qu'elle irait, car elle devait acheter du tissu pour ensuite le faire parvenir à ses parents quand elle venait à Narnia, ces derniers tenant une boutique de tissu dans laquelle je travaillais aussi. Mais là, je ne sentais pas Lenaë d'humeur à se rendre à ce marché, je la soupçonnais même de m'en avoir parlé dans l'espoir que je me propose d'y aller à sa place. En dehors de Rephaïm, c'était la deuxième personne que je connaissais vraiment bien, du coup je me sentis presque assez bête de répondre à ses désirs. C'est ainsi que je me mis en route vers le port, qui n'était qu'à quelques pâtés de maison. « Je ne suis pas naïve...Oui gentille, c'est le mot ! » me dis-je alors que j'apercevais enfin la mer et les bateaux.
Généralement, je n'aimais pas trop faire les courses, car regarder du tissu pendant des heures ça ne m'intéressait pas. Cependant, je ne remercierai jamais Lenaë pour ce qu'elle avait fait pour moi, ni ses parents, c'était une dette que je ne pourrai jamais rembourser, mais je me devais quand même de les aider et c'est pour cela qu'en dehors de mes horaires de pirate, je travaillais un peu avec Lenaë sur les tissus pour ses parents. Elle et moi nous étions bien sûr des pirates à plein temps.

J'avançais le long des stands, cherchant des tissus suffisamment bien pour voir les acheter. J'avais travaillé assez longtemps dans la boutique pour savoir le genre de produit que recherchais les parents de mon amie. Mon regard c'était posé sur un stand de rouleau de tissu d'un marchand Calormen, dans un coin un peu isolé du port, quand soudain, je vis une jeune femme avec une robe rouge fuir à toute allure. « Tiens, c'est bizarre. Généralement les nobles ne courent pas en robe... » puis c'est là que j'aperçus deux hommes à sa poursuite. Sans réfléchir, je les suivis en courant et tans pis pour le tissu. « Cette jeune femme à de la chance » pensais-je, « Aujourd'hui je me sens en forme ! ». Quoique j'étais tout le temps en forme, me dit une petite voix dans ma tête, après tout, j'étais aussi connue par mon infatigable force, chose qui me portait bien souvent préjudice d'ailleurs, car j'avais le don d'énerver tout le monde avec ma pseudo-hyperactivité.
J'eu vite fait de rattraper ces hommes, qui avait coincé cette jeune femme dans un coin. Je sortis mon épée, puis je leur fis remarquer ma présence sur un ton suffisamment fort pour qu'il m'entende. Même si c'était des gredins, je n'étais pas lâche au point de les attaquer alors qu'ils étaient de dos. « Ce n'est pas très courtois de poursuivre une jeune demoiselle ainsi armée ! » fis-je en souriant. Le combat s'engagea. Ils étaient doués, mais j'étais plus expérimenté qu'eux -sans vouloir me vanter bien sûr-. Ils dévalèrent comment des lapins, dès qu'ils comprirent que c'était perdu d'avance. Dès qu'ils ne furent plus dans mon champs de vision, je m'approchais de la jeune femme derrière moi « Venez avec moi, ils pourraient revenir avec d'autres personnes ! ». Sans rien dire, on marcha un peu plus loin et dès que j'eu décidée que nous étions suffisamment éloigné et tranquille, je m'arrêtais. « Désolé de vous avoir fait marcher, vous devez être épuisé après avoir couru comme ça. Je m'appelle Olivia Corydallis et vous ? » Peut-être était ce un peu cru de demander ainsi son prénom, mais après tout, j'étais en droit de connaître le nom de celle que j'avais, on va dire, sauvé.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Dim 10 Aoû - 23:16



Olivia && Freyja
Freyja n'avait jamais fraudé, n'avait jamais été poursuivis, volé, elle n'avait jamais eu de problèmes aussi lorsque le marchand lui avait agrippait le poignet avait-elle réagit par instinct. L'instinct animal qui resurgit, une auto-défense. Le marchand saignait ce qui avait alerté ses fils, à ce moment-là la jeune noble pris la fuite. Les deux hommes la poursuivirent et une terrible course s'ensuivit. Freyja bousculait les passants, les étalages tout ! Sa robe longue traînait à terre, la boue s'y agrippait à un point ou la jeune femme chuta. La noble se releva pour rechuter à nouveau, les hommes la rattrapèrent, elle était prise au piège. Son regard ce fit tel une biche prise au piège, la proie qui fait face à son prédateur. Freyja se releva et fit face aux deux hommes, comment aller t-elle s'en sortir ? Elle n'était pas armé, Loïc était loin, son frère encore plus loin... Freyja était seule face à ses deux hommes aux intentions malsaines, ils sortirent leurs armes et ricanèrent face à l'effroi de la jeune femme qui sentait la chaleur monter en elle aussi rapidement que la peur.

Freyja se sentait de plus en plus mal, elle était prête à faire un malaise lorsqu'une apparition derrière les deux hommes lui redonna espoir. Une femme, armé.  « Ce n'est pas très courtois de poursuivre une jeune demoiselle ainsi armée ! » dit-elle clairement. Le combat s'engagea, Frey aurait pu se battre avec elle mais, elle n'avait aucune arme. Cela lui remémora le temps ou son père était encore vivant, il lui avait appris à se battre lors du départ de son frère, elle était encore jeune mais, si elle reprenait une épée en main, surement pouvait-elle se défendre avec. La jeune femme se battait très bien, les deux hommes détalèrent rejoindre l'escroc qui leur servait de père. La jeune femme se tourna alors vers la noble qui sursauta surprise qu'elle s'adresse à elle. Freyja la suivit sans trop se poser de question, encore perturbé par tant de violence et d'émotions. Sa température redescendait doucement, son malaise passait. Elle était plus détendue avec cette femme bien qu'elle sache manier l'épée à merveille. Elles s'arrêtèrent dans un endroit plus calme et tranquille plus adapté à la discussion. « Désolé de vous avoir fait marcher, vous devez être épuisé après avoir couru comme ça. Je m'appelle Olivia Corydallis et vous ? ». Le nom de la fille interpella Freyja. Corydallis... comme.. comme Reph, son ancien ami et capitaine de narnia. Connaissait-elle le défunt ? Le regard de la noble se voila d'une tristesse. La douleur de la perte était encore présente.

« Merci de m'avoir sauvé, Dame Freyja Deirdre de Llothar, sœur du duc d'Anvard. » dit-elle en faisant une révérence par habitude. Se rendit compte de son ridicule elle se releva et repris: « Je veux dire, c'est sans importance, appelez moi Freyja. Pardonnez-moi mais, il fut un temps encore joyeux où à Narnia vivait un charmant capitaine du nom de Myosotis Rephaïm Corydallis. Le connaissez-vous ?  »

Attendant sa réponse, Freyja se mit à l'étude comportemental de la dénommée Olivia. Elle était fort belle, un visage avec des traits fins, des muscles bien taillés, une taille de guêpe et la grâce d'un félin. Elle devait sans doute avoir plusieurs prétendants mais, vu son caractère il était certain qu'elle devait les trier.






FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Lun 11 Aoû - 19:19



Don't make me sad, don't make me cry
Olivia & Freyja


La jeune femme se présenta, elle se nommait « Dame Freyja Deirdre de Llothar, sœur du duc d'Anvard ». Je souris malgré moi, fière d'avoir deviné qu'elle était noble. Bien entendu, je ne la jugeais absolument pas sur son apparence physique et son titre. Après tout, j'étais une noble moi aussi. Elle fit une révérence machinalement, je me contentais d'incliner la tête, après tout, je n'avais pas de robe pour faire de même et le faire avec ma tunique me rendrait un peu ridicule. Je faillis lui dire qu'elle pouvait agir normalement avec moi, car après tout, j'étais une pirate et je m'en moquais un peu des bonnes manières. Je pris un peu plus de temps pour l'observer, chose que je n'avais pas vraiment faite, puisque je m'étais battue avec les deux hommes, puis ensuite je l'avais emmené ailleurs. Elle était aussi grande que moi, me dépassant légèrement. Un visage ovale, de jolie fausettes, une peau assez claire qui allait très bien avec sa chevelure noire. Elle était très jolie et le ton de sa voix m'inspirait beaucoup de sympathie. Je sentais qu'elle n'était pas le genre de femme à prendre de haut les gens. Elle devait être très gentille, après, je ne la connaissais pas non plus, donc je verrai bien quoi en penser après.

Mais je n'étais pas au bout de mes surprises. En effet, Freyja me demanda quelque chose à laquelle je ne m'attendais pas du tout. Elle me demanda si je connaissais un certain Myosotis Rephaïm Corydallis, qui vivait à Narnia et qui était capitaine. Il n'y avait pas de toute la dessus, c'était bel et bien mon frère. Le hasard faisait bien les choses, car je pensais justement à lui tout à l'heure. En tout cas, c'était vraiment une drôle de coïncidence de tomber sur une personne le connaissant. « Oui en effet je le connais, c'est mon frère ! » répondis-je en sentant la tristesse dans son regard. Elle avait dû tilter lorsque je m'étais présenté que j'avais sans doute un lien de parenté avec lui. Je fus assez troublé, car si je savais qu'il était vivant, elle non et je sentais la sincérité dans son regard. Elle était triste de sa mort. Je pouvais lui révéler dans l'heure les faits actuels, mais je devais attendre d'en savoir un peu plus sur son lien avec lui, car après tout, si Rephaïm même m'avait caché sa mort, il ne devait pas forcément tenir à ce que d'autres découvrent qu'il était en fait vivant. Je me sentais mal pour elle, mais je n'avais pas le choix. Et puis, c'était assez délicat comme situation, je ne pouvais me permettre de lui sortir l'information comme ça, sans aucune finesse. Même si j'étais quelqu'un qui en général n'avait pas beaucoup de tact, pour cette fois j'allais faire une exception, car je ne tenais pas à blesser cette jeune femme. Déjà qu'elle devait être encore un peu secouée par la course-poursuite. « Si vous me demandez ça, j'imagine que vous le connaissiez ? » Je ne précisais pas que je m'attendais à ce qu'elle m'explique, car c'était assez facile à comprendre.

Plus je la regardais et plus je me posais des questions -en bien, bien sûr- comme par exemple où s'étaient-ils connus ? Quand ? Même si j'avais retrouvée aujourd'hui mon frère, lorsqu'il était encore capitaine, cette partie de sa vie m'était assez flou, donc si elle pouvait m'aider, même inconsciemment, à trouver des réponses à mes questions, cela m'arrangerait. Elle le connaissait en tant que capitaine narnien, donc leur rencontre était récente, enfin, façon de parler bien sûr.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Lun 11 Aoû - 22:26



Olivia && Freyja
Freyja pris de court l’héroïne. Cette femme ne devait pas avoir l'habitude qu'on la surprenne, elle semblait si forte de caractère, avec une volonté d'acier comme son épée. La réponse ne ce fit pas attendre et ce fut au tour de la noble d'être surprise. Son frère ? Reph avait une sœur ? Pourquoi n'avait-il jamais rien dit à Etham ou à elle ? Peut-être que sa sauveuse mentait ? Freyja sonda le regard d'Olivia. Elle ne semblait pas mentir puis à bien regarder, elle avait en effet, des traits en communs avec Reph. Les mêmes joues creuses, le regard franc et séducteur, la chevelure noire, cette prestance et charisme infaillible. Olivia ne se moquait pas de Freyja, elle était bien la sœur de Reph. Reph, rien que se souvenir de son sourire ravageur lui fit monter le rose aux joues.

« Je ne savais pas qu'il avait une sœur, je suppose que vous êtes la cadette et que cela fait aussi de vous une noble dame.» dit-elle en regardant la tenue peu conventionnelle et inédite pour une femme de rang noble.

Freyja en haussa les sourcils. Freyja jeta un œil sur sa propre robe, elle était dans un sale état, pas du tout conventionnel. Son frère aurait été présent, il lui aurait fait un scandale. La jeune sœur de Reph affirma qu'elle connaissait son défunt frère. Sans doute voulait-elle savoir comment elle avait connut le capitaine et où.

« Il était l'ami de mon frère. Estham et lui traînaient souvent ensembles pour les filles. C'est ainsi que je l'ai rencontrée. Votre frère était un homme bon, honnête et charmant» l'enseigna t-elle avec une pointe de rose aux joues.« Sa mort nous a bouleversés mon frère et moi. Toute mes condoléances, je suis certaine que la perte est irremplaçable.»

Freyja compatissait. Estham avait beau être dur, froid, distant, critique et impartial, l'idée de le perdre la terrifiait car, il était sa seule famille, son pilier, son mentor. Il prenait soin d'elle, lui offrait les plus belles tenues, bijoux qu'elle désirait et il s'arrangeait pour que plus tard, elle ait une situation plus qu'aisé avec un homme noble. Freyja s'imagina à la place d'Olivia. Elle aurait sans doute finit comme elle, dur, froide, impartiale, ayant l'épée comme seconde main et "je trépas si je faiblis" comme devise. Elle serait seule face au reste du monde, seule face aux nobles rapaces immondes qui auraient chercher son or, son domaine, son titre avec le mariage. Sans doute serait-elle partit à l'aventure, elle aurait prit la mer, elle n'aurait plus rien à perdre après tout alors, autant voir du paysage avant de mourir. Plutôt mourir l'épée en travers de la poitrine que mourir seule dans ses appartements luxueux et poussiéreux. Seule avec un mari absent qui la dénigrer après leur premier fils, un fils qui aurait finit par rejeter sa mère pour les yeux d'une belle blonde. Freyja soupira. Elle avait de la chance, beaucoup de chance qu'Estham soit là pour elle et qu'il ne parte pas à l'aventure tous les quatre matins. Il était responsable et tenait bien sa promesse: celle de se charger de sa petite sœur si douce et fragile enfant dans la fleur de l'âge.





FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Mar 12 Aoû - 0:21



Don't make me sad, don't make me cry
Olivia & Freyja


Apparemment, Freyja n'avait aucune idée de mon existence. Cela ne me surprenait pas trop que Rephaïm ne parle pas trop de la famille. De toute façon, en dehors de moi, il n'avait jamais était très proche de nos parents, ni de notre frère aîné. Tout comme moi remarque, j'étais surtout proche de lui. Lorsqu'elle fit référence au fait que j'étais noble, tout en regardant mon accoutrement, je dû me retinre de rire. Ce n'était pas la première fois que des femmes nobles étaient surprises par la façon assez masculine par laquelle je m'habillais. Mais après, je n'avais pas honte, donc j’assumais totalement son jugement. « Je suis la benjamine en vérité, corrigeais-je calmement. Rephaïm était le cadet. » j'adressais un large sourire à mon interlocutrice pour lui montrer que je ne tenais absolument pas rigueur de ça. Après tout elle ne pouvait pas savoir. Elle m'expliqua ensuite qu'en fait, c'était par l'intermédiaire de son frère qu'elle avait rencontrée le mien, avec qui d'ailleurs il traînait et rencontrait des filles. Cela me fit sourire, c'était totalement le genre de Repha à séduire la première venue « Il a dû en rencontrer des demoiselles depuis qu'il a quitté la maison » pensais-je.

Lorsque Freyja me dit que sa mort lui avait causé beaucoup de peine, je me sentis mal. S'il y a quelques jours de ça je n'avais pas revue mon frère, j'aurai sans doute partagé sa peine. Non, je ne pouvais laisser cette femme dans la tourmente, il fallait que je lui dise et tant pis si je ne m'y prenais pas de la manière la plus adéquate. « Ecoutez Freyja, j'ai quelque chose à vous révéler ! » généralement, ce genre de parole permettait d'attirer toute l'attention cherchée, et cela ne faillit pas à la règle « Mon frère...Je pensais comme vous qu'il était mort en mer dans ce terrible naufrage. Mais je l'ai croisé il y a quelques jours de cela dans une taverne à Narnia. » Je marquais un temps de pause et observait la jeune femme en face de moi. Je n'arrivais pas bien à identifier si elle me croyait ou pas, peut-être même allait-elle me prendre pour une folle qui sait, mais bon, au moins je l'aurai prévenue. Je jugeais cependant de donner plus de détail « J'étais avec des pi...des amis, puis je suis tombée sur lui. J'étais été vraiment choquée et surprise, mais je vous l'affirme, il est vivant et se trouve à Narnia. Cependant, je serai incapable de vous dire où il se situe exactement. Je peux seulement vous dire cela. » je ne dis rien de plus, mes paroles étaient suffisamment forte pour faire douter et réfléchir Freyja.

A la suite de mes paroles, j'avais moi-même dû mal à réaliser que c'était vrai. Cela sonnait faux, cela paraissait même irréel, pourtant, c'était bel et bien la vérité. Ce n'était pas un rêve, je l'avais réellement serré dans mes bras et nous avions longuement discuter. J'avais eu du mal à le quitter, mais savoir qu'il était en vie me suffisait, même si j'admet que j'aurai préféré qu'il ne cache pas qu'il était vivant depuis si longtemps, car non seulement cela m'avait fait souffrir de croire qu'il était mort, mais je n'étais pas la seule apparemment à avoir souffert de cette fausse disparition. Je ne savais en tout cas absolument pas comment Freyja allait réagir, mais si cela se passait mal, j'étais là pour elle.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Lun 25 Aoû - 16:59



Olivia && Freyja
Ainsi, le charmant capitaine n'était pas fils unique. Quel dommage, il aurait sans doute hérité d'une grande fortune. Plus surprenant encore, il n'était pas l’aîné. Freyja se confondu en excuses. Le défunt capitaine faisait plus âgé que sa soeur. Mais, étant mort, elle ne pouvait pas vraiment comparé. Il aurait fallut que le frère et la sœur soient côte à côte mais, c'était chose impossible. Donc, Olivia était la benjamine et Reph le cadet. Il y avait donc un ou une aîné, trois enfants, enfin non, deux avec la mort du capitaine. Freyja était curieuse de savoir qui était et comment était l’aîné. Était-ce une femme ? Un homme ? Beau garçon ? En réfléchissant, avec la mort de Reph, c'était maintenant Olivia la cadette. Toute cela embrouiller les pensées de la jeune noble qui posa sa main sur son front. Cette rencontre avec la sœur du défunt l'avait bouleversée et ranimée de douloureux souvenirs. Freyja fit savoir sa peine et ajouter ses condoléances à sa nouvelle connaissance. Elle n'avait pas perdu son frère comme Olivia mais, elle avait vu la mort. Cette faucheuse qui prend les êtres chers pour laisser des jours sombres à ceux qui restent. La mort lui avait ravit son père et sa mère. Son père, le duc, si aimant, si bon et attentionné à son égard. Fort heureusement, Estham avait pris le relais de son père en prenant en compte les besoins de sa jeune sœur.

Alors que Freyja s'attendait à des larmes, une tristesse immense, Olivia captiva son attention. Elle était sur le point de lui avouer quelque chose, quelque chose d'important. La noble le pressentait au ton utilisé par la jeune femme qui se tenait en face d'elle. Olivia poursuivit pour lui avouer, une chose terrible. Reph, Reph en vie, debout, vivant et à Narnia visiblement. Freyja écoutait, ne disait rien. Elle regardait Olivia avec une telle compassion.

- Je suis tellement désolée pour vous mais, je pense que vous n'avez pas fait totalement votre deuil. Votre frère est mort et sans doute avez-vous confondu un homme avec votre frère. Je vous plains sincèrement.

Le capitaine en vie, c'était une pure sottise vraiment ! Mais, Freyja doutait, une partie au fond d'elle-même voulait y croire, un faible espoir, un brin de lumière. La noble pris les mains de la sœur du défunt pour les serrer dans les siennes.  

- Vous m'avez aidée, je vous dois une dette et en tant qu'amie de votre frère, je suis aussi votre amie. Vous pouvez me parler de sa mort je suis certaine que cela vous aidera à faire le deuil.

Oui il fallait du temps pour admettre une mort, du temps et du courage mais, c'était nécessaire pour avancer et voir l'avenir qui s'ouvrait devant soi. Estham avait beaucoup aidé psychologiquement sa sœur à faire le deuil mais, Freyja n'en restait pas moins fragiliser par la mort de leur père. Elle ne portait plus le noir mais, bien parce que son frère lui avait dit que cela n'allait pas à son teint et que cela pouvait jouer contre eux sur les projets de mariages. Freyja fixer Olivia, elle souhaitait vivement l'aider, pourquoi pas s'en faire une amie, une amie qu'Estham ne pourrait pas refuser, une amie qui tiendrait tête à son... Non, c'était si mesquin de penser cela, Freyja ne pouvait pas dire du mal et ne devait pas souhaiter du mal à son si généreux frère. La jeune femme chassa l'image d'Olivia se tenant fièrement devant son frère, défendant les intérêts et la cause de son amie.




FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Mer 27 Aoû - 15:16



Don't make me sad, don't make me cry
Olivia & Freyja


La réaction de Freyja me surpris légèrement, mais je ne pouvais la blâmer, car je n'avais pas écartée la possibilité qu'elle ne me croie pas. En même temps, je pouvais le comprendre. Si une inconnue était venue me voir pour me dire que mon frère était en fait vivant, je ne pense pas que je l'aurai crus. J'aurai même pas eu la même réaction que Freyja, j'aurai sans doute été énervée, même très en colère, qu'on joue sur cela avec moi et j'aurai aussitôt dégainé mon épée. Oui, j'ai tendance à être un peu trop susceptible selon certains propos.
Même si je ne disais rien pour le moment et que je laissais dire Freyja, c'était quand même assez horrible comme situation, car je ne savais absolument pas quoi répondre à ça, même si je m'y étais préparée si jamais elle me sortait quelque chose dans le genre. Tandis que la jeune femme me disait qu'elle me plaignait sincèrement et qu'elle voulait m'aider en me proposant de me confier à elle afin de me sentir mieux, une voix au fond de moi avait envie de crier « Mais non, je ne suis pas folle, je ne mens pas, il est bel et bien vivant. Vivant. VIVANT. ». J'avais appris avec le temps à prendre sur moi, ce qui me permit à l'instant de ne pas me sentir mal à l'aise lorsqu'elle me serra les mains, comme si j'étais une pauvre âme errante. Lorsqu'elle eut fini de parler et qu'elle attendait une quelconque réaction de ma part, je devais bien choisir mes paroles, car si je n'étais pas crédible, je continuerai de passer pour une folle. De toute manière, je n'espérais pas faire changer d'avis Freyja, même si je serai contente qu'elle doute quand même rien qu'un petit peu. Peut-être cela ne servirait à rien de parler, qu'elle resterait sur sa position, mais je sentais qu'elle n'était pas totalement de ce genre, donc pourquoi pas tenter le coup ? Sinon tant pis.

Je lui souris « Vous êtes quelqu'un de bien Freyja. Je suis sûre que vous deviez être une amie très chère à mon frère, si vous étiez aussi gentille avec lui qu'avec moi, moi une inconnu sortant de nulle part vous ayant aidé ! ». Je l'entraînais pour nous asseoir sur un petit muret à côté. Après tout, pourquoi rester debout pour parler lorsque l'on pouvait s'asseoir et se reposer ? Surtout après la petite course que nous avions subit quelques minutes auparavant. Je repris une fois assise ma respiration. Je réfléchissais à présent. J'avais sur moi un bracelet que mon frère m'avait donné et qu'il portait avant sur lui, mais le montrer ne servirait pas à grand chose, car il aurait très bien pu me le donner avant ce naufrage durant lequel il avait survécu miraculeusement. Je regardais ensuite Freyja qui me regardait en souriant avec un air plein de compassion. Je ne méritais pas ça pitié, moi, une simple pirate, bien qu'elle ne savait pas que je l'étais. « Ecoutez Freyja, je vous suis très reconnaissante de vouloir être mon amie et de vouloir m'aider... » je marquais un temps de pause « Mais vous croyez sincèrement que je m'amuserai sur un tel sujet ? Si mon frère était vraiment mort, jamais je ne serai aller voir des gens que je connais à peine pour leur dire le contraire. ». Je ne savais pas si cela suffirait à convaincre Freyja, mais d'un côté, je n'avais jamais été aussi sincère, bien qu'elle pouvait tout à fait penser que j'étais folle au point de croire ma propre histoire. Avec la chance que j'avais, cela allait être exactement cela. « Mon deuil, je le fais depuis trois ans. En trois ans, j'ai en ai vécu des choses, croyez moi. Et en trois ans, j'aurai pu tenter de faire croire ceci à n'importe qui. Alors pourquoi maintenant ? Et pourquoi à vous ? » je soupirais « Je n'attends pas à ce que vous me croyez Dame Freyja, mais au moins, je vous aurai dis. Et au fond, j'espère que vous croiserez un jour ou l'autre mon frère et que vous me croirez enfin ! ».

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Jeu 28 Aoû - 20:03



Olivia && Freyja
Freyja était tellement peinée pour la jeune encore inconnue il y a une quelques minutes. Croire que son frère était vivant, c'était terrible de s'accrocher à un être perdu pour toujours. Terrible ! Olivia n'avait pas fait son deuil. Elle n'avait pas fait les étapes. Ces 7 étapes linéaires,avec parfois des retours en arrière, afin de « tourner la page ». Sans aucun doute elle avait subit le choc,cette phase courte. Cette rupture, conduisant à un constat, une annonce laissant la personne sans émotion apparente. Par la suite, avait expliqué Estham, il y avait le déni... Oui voilà, le déni ! C’est le refus de croire l'information. Olivia utilisés des arguments et la contestation. Le rejet de l'information fait place à une discussion intérieure et du coup extérieure. Certaines personnes s’enferment dans cet état de déni, de refuge. La pauvre fille n'était qu'a la deuxième étape mais, Freyja pouvait l'aider, elle voulait l'aider d'ailleurs ! Étrangement, Olivia se mit à sourire et pris la parole pour indiquer que Frey était une personne gentille. On disait souvent cela à la noble, Freyja y croyait. Gentille, elle l'était même trop ! Beaucoup n'aurait pas supporté la pression moral du duc. " Ne met pas ça, à quoi tu ressemble ? A rien ! , tu cherches à mettre la honte sur notre famille ? Change-toi ! Comment t'ai-je élever ? Fait ce que je te dis et sans discuter ! Tu ne trouvera jamais de mari en poursuivant comme ça !" Parfois une claque frappé de plein de fouet la douce joue de Freyja et une douleur cuisante ainsi qu'une trace témoigner de la violence d'Estham.

Les deux femmes partirent s’asseoir prêt du muret. Olivia repris sa respiration. Elle prit la parole avec un discours très convaincant. Au fur et à mesure qu'Olvia parlait, le regard de Freyja se troublait. C'est vrai, la mort n'était pas un sujet marrant, Olivia ne se fichait pas de la jeune femme. Olivia termina son discours, Frey retira ses mains et détourna la tête. Rephaïm était vivant ! C'était impossible ! Et pourtant vrai ! La noble se leva tournant le dos à son interlocutrice. Toutes ses années, elle avait pleurée son capitaine, son ami et maintenant, il était vivant ?! Pourquoi n'avait-il rien dit ? Pourquoi cacher son existence ? Pourquoi la faire souffrir, faire souffrir autant de personnes ? Freyja était bouleversée et en colère. D'un geste rageur elle écrasa un champignon qui se trouvait malheureusement devant elle avant de se mettre à faire exploser sa colère:

- Ah ! Le traître ! Saligot ! Je le reconnais bien là ! A faire son pitre mais, on ne rigole pas de la mort ! Comment a t-il pu faire autant de mal à sa famille, ses amies ! Quel goujat !

Freyja n'avait jamais autant juré. Elle fit volte-face et se tourna vers Olivia

- Que savez-vous ? Pourquoi il ne s'est pas manifesté ? Ah je sais pas ce qui me retiens de prendre mon cheval et partir à sa recherche !

Ce qui la retenait ? Son frère, homme cruel, impitoyable qui la retrouverait et la punirait durement d'être partit sans le prévenir. A cette pensée, Freyja chassa toute colère extérieure mais, à l’intérieur elle semblait bouillir.

- Votre frère ... votre frère est un idiot ! Il ne devrait pas se jouer des gens ainsi, cela lui portera malheur !

La noble détourna la tête et se mit à réfléchir.




FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   Dim 31 Aoû - 15:54



Don't make me sad, don't make me cry
Olivia & Freyja


Je regardais Freyja se lever en silence. Elle me faisait dos et moi, j'attendais, assise sur ce muret. Qu'allait-elle faire ? Qu'allait-elle dire ? Je n'en avais aucune idée, mais je me préparais déjà psychologiquement au moment où elle se retournerait en souriant, tout en me regardant d'un air tendre, avant de me dire que tout irait bien et qu'elle était là pour moi. Je me mordis la lèvre, car à ce moment-là, il allait falloir que je prenne sur moi pour ne pas lui dire une énième fois que je n'étais pas folle, bien qu'elle nierait mes propos.
Tout à coup, j'aperçus la jeune femme donner un coup assez violent dans un champignon qui était à ses pieds. Je fus tellement surprise que je ne pu m'empêcher de sursauter légèrement en la voyant faire. Mais qu'est-ce qu'elle fait ? Me demandais-je tout en la regardant de manière assez ahuri. C'est alors qu'elle se mit à à jurer à propos de mon frère, ce qui me fit sourire. Je me retenais de rire, car je ne tenais pas à ce qu'elle s'énerve contre moi aussi. A chaque fois qu'elle disait quelque chose comme gougeât, et etc, je ne pouvais m'empêcher d’acquiescer avec ma tête, tout en levant les yeux en l'air, le sourire toujours aux lèvres.

Elle fit soudain volte-face vers moi, telle une furie, ce qui me fit sursauter à nouveau. Je la regardais en tâchant de ne pas dire quoique ce soit qui montrerait à ce moment là qu'elle donnait assez la frousse. Freyja me posa des questions juste avant de dire qu'elle ne savait pas ce qui l'empêchait de prendre son cheval et partir à sa rechercher, ce qui eut pour effet de me calmer. Je n'avais tellement pas prévue qu'elle change tout à coup d'avis et se mette à me croire sur le fait qu'il était vivante, que cela m'avait mis un coup de stresse. « Votre frère ... votre frère est un idiot ! Il ne devrait pas se jouer des gens ainsi, cela lui portera malheur ! » me dit-elle juste avant de tourner la tête pour réfléchir. Je soupirais un coup, puis me leva à mon tour du muret pour m'approcher d'elle. « Oui je suis d'accord, c'est un idiot d'avoir fait cela et moi-même j'étais assez furieuse en découvrant que depuis trois ans il se faisait passer pour mort alors que nous autres, sa famille et amis, nous étions en train de le pleurer. » Je serrais les dents, histoire de ne pas me mettre à trop rager moi aussi. Même si nos retrouvailles c'étaient bien passé dans l'ensemble et que j'avais réussie à ne pas lui mettre mon poing dans sa mâchoire, je n'en étais pas moins énervé. Il y avait eu tellement d'émotion à ce moment-là que j'avais tout oublié. J'étais juste contente de le voir en face de moi en chair et en os.

« Je ne tiens pas à dire à sa place ce qu'il m'a dit, car vous méritez qu'il vous le dise de sa bouche. » dis-je en soupirant. Je ne tenais pas à défendre Rephaïm, car même si je lui avais pardonné pour trois ans de mensonge, je tenais quand même à ce qu'il assume à présent comme un homme ses actes. Je savais qu'en réalité, il n'en avait rien à faire, qu'il n'avait pas la sensation de devoir se justifier, mais moi je ne pensais pas comme lui. Il m'avait tout confié à moi, car j'étais sa sœur, même s'il ne m'avait dit que l'essentiel « Toutefois, je pense que je vous dois quand même des explications, étant donné que je vous ai moi-même révélé qu'il était vivant. ». Je reprenais mon souffle, réfléchissant vaguement et rapidement à ce que je pourrais bien lui dire, sans l'énerver d'avantages, bien que je ne cherchais pas non plus à l'attendrir « Il y a eu bel et bien un naufrage, cependant pour une raison que lui-même ignore, Reph a survécu, mais ce fut le seul. Etant donné qu'il était capitaine à bord, il s'est senti coupable pour la mort de son équipage et la culpabilité peut ronger les hommes. Il en est la preuve, car cela l'a poussé à devenir un être insignifiant et déraisonnable qui va de taverne en taverne et passe pour un fripon de bas étages. »

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia   

Revenir en haut Aller en bas
 

don't make me sad, don't make me cry ~ Olivia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA ™ :: Les Contrées d'Archenland :: Anvard :: La place principale-
Carte du monde de Narnia

Se déplacer
Top partenaires


Plus ? + Vous ?