Revenir en haut
Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   Sam 26 Juil - 22:51



Willer F. Iskandr
« Il n’est rien qui détruise l’humeur comme la pauvreté. »


NOM COMPLET : Willer Fredryk Iskandr DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 28 octobre 650, Archenland ÂGE : 29 ansLIEU DE RÉSIDENCE ACTUELLE : Dans un moulin, ArchenlandTITRE ET/OU PROFESSION : travaille pour un vieux meunier FAMILLE : Parents autrefois riches, désormais appauvris. Père froid et peu affectif. Mère triste et douce. Une petite soeur, Ava, assez impétueuse. SITUATION : Célibataire GROUPE : archenlandais AVATAR : James McAvoy

Pour mieux comprendre l'individu Willer Iskandr, notre envoyé spécial M. Goat est allé interroger sa soeur Ava, l'une des personnes qui le connaissent le mieux. Voici les résultats de l'entretien.

A quoi ressemble votre frère ? : « Bah brun, yeux bleus, et grand ? Vous avez sa photo sur vous ! Vous êtes aveugle ? Après les bruns, c'est pas ce qu'on trouve le plus en Archenland. Mais on a eu une arrière grand-mère calormène, ou quelque chose comme ça. Sinon, il n'a pas de signe particulier. Question suivante ! »

Hum... Pouvez-vous décrire psychologiquement votre frère ? Par exemple, quelle qualité prédomine chez lui ? : « Maman dit qu'il est intelligent. Il est rusé, oui, mais intelligent... Pfff, vaste blague. Non, il est curieux surtout. C'est pour ça qu'il a pu tenir toute son adolescence à se réfugier dans les bouquins. Heureusement, ce qu'il aime c'est surtout la logique, comprendre des choses ; il n'est pas curieux quand il s'agit de connaître la vie des gens. Du coup, il ne se mêle pas vraiment de mes affaires, c'est bien. Enfin, dans une certaine mesure, parce qu'il est protecteur parfois. Mais bon. C'est pas un héros. »

Que voulez-vous dire par là ? "Pas un héros" ? : « Moi je lui ai dis : il est tellement cartésien des fois, ça le rend lâche. Heureusement qu'il aime bien aider et qu'il est plutôt travailleur, parce que sinon, c'est pas le gars le plus téméraire qui soit. Ni le plus sentimental. Il n'est pas très démonstratif, voire maladroit, quand il s'agit de "sentiments". Hum ensuite... Ah oui, il a aussi une sorte d'orgueil parfois. Un peu comme tout le monde. Mais je pense que ça vient du milieu où on a grandi, il a tendance à avoir une attitude prétentieuse ou snob. Il le fait de moins en moins cela-dit, et c'est une forme d'auto-dérision : parce que franchement, il n'a pas une superbe estime de lui-même. Ce qu'il avouera difficilement. »

Donc votre frère se vante ? Se pavane ? Vit dans l'illusion ? : « Oula ! Du calme, je n'ai pas dit ça. C'est pas parce qu'il est un peu prétentieux qu'il fait un spectacle dès qu'il entre dans une pièce. En fait, il est plutôt discret. D'ailleurs, il n'aime pas spécialement les gens qui en font trop, ou qui sont niais. Après, je pense qu'il a vécu dans une certaine illusion pendant un temps. Il a tendance à s'en fabriquer. Mais la vie lui a appris à être méfiant. C'est un peu dommage, puisqu'il ne se laisse pas assez aller selon moi. »

Qu'est-ce que la vie lui a appris d'autre ? : « Je ne sais pas vraiment... Qu'il n'aime pas l'échec, l'humiliation. Et qu'il déteste décevoir, même s'il a réalisé qu'on n'avait pas toujours le choix. Son entourage a aussi fait de lui quelqu'un qui possède des valeurs, mais il n'en parle pas et ne les défend pas tant qu'on ne lui pose pas la question. Ne pas tuer, ne pas faire du mal... Bon ça semble normal je suppose. Mais quand il va à l'encontre de sa "morale", il s'en souvient en général. »

Pour finir, a-t-il des manies, des tics ? : « Non. Quoique, quand il ment ou joue la comédie - c'est bien obligé quand on rencontre des gens de ce que j'appelle "notre ANCIENNE situation" - il a beau s'y prendre plutôt bien, il ne peut pas s'empêcher d'avoir un tic. Quand il faut garder son sérieux, il laisse s'échaper un sourire pendant une demi-seconde. Ou quand il est gêné, il met sa main derrière sa nuque, il se gratte l'arrière de la tête ou il se frotte le nez. Je le sais, j'ai testé toutes les situations possibles en société pour voir. »

Que pensez-vous des récentes explorations lancées par les rois ? Si vous le pouviez, quel rôle y joueriez-vous ? Cela me semble logique que les rois veuillent étendre leurs territoires, surtout que les leurs sont largement occupés par des déserts, montagnes ou forêts, et qu'une population prospère et en paix a tendance à grandir (il faudra de la place pour mettre le peuple en somme). Mais si je devais y prendre part, ce qui m'intéresserait vraiment, c'est la découverte. Les lieux que nous connaissons actuellement sont tellement riches et variés que c'en est déjà surprenant (entre un dromadaire et un cerf, il y a quand-même de la marge), alors imaginez ce qu'on pourrait trouver ailleurs. Je suis sincèrement curieux de ce qui peut se trouver ailleurs. Mais vu ma situation actuelle, je n'ai pas vraiment le temps d'y penser autrement que comme un phénomène d'actualité.

Croyez-vous que les événements étranges et soudains qui s'abattent dans votre royaume soient directement liés aux dieux ? Êtes-vous inquiet ? Je ne sais pas. Les dieux, s'il y en a, s'ils sont concernés par nous, ont laissé faire des guerres, des crimes, certainement beaucoup d'injustices. Du coup, qu'est-ce qu'on aurait fait de mal pour qu'ils nous fassent ça, maintenant que la paix règne entre tous les royaumes ? Mais ça n'en est pas moins inquiétant. Finalement si les dieux en sont la cause, il suffirait de se racheter auprès d'eux pour que ça s'arrête. Mais si ces événements sont bien naturels, il se passe quelque chose d'étrange.

Comment voyez-vous votre vie future ? Avant, je ne savais pas comment voir ma vie future. Maintenant, j'ai un but : retrouver ma situation, mon argent. Car la vie que j'ai actuellement me semble temporaire. Pourtant, et si je ne gagnais pas assez en étant meunier ? La vie est pour moi aussi floue qu'avant, mais mon futur est devenu bien plus incertain, et je n'ose pas vraiment y penser.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   Sam 26 Juil - 22:53




Une vie qui rend chèvre
Parce que j'ai pas trouvé mieux comme titre...

• Anya et Stanislas Iskandr s'étaient rencontrés grâce à leurs parents respectifs, dans le cadre d'un mariage arrangé. Cette union était bénéfique tant pour le jeune homme, dont la famille en déclin de richesses profiterait de la dot de mademoiselle, que pour la jeune femme, qui ne songeait plus à se marier par amour depuis la mort de son fiancé. De caractères très différents, les deux époux finirent par s'habituer à la présence de l'autre et à s'apprécier de temps en temps. Ils savaient que ni l'un ni l'autre n'était parfait, mais qu'ils avaient été une aide pour l'autre à un moment de leur vie, et ça leur suffisait.
Puis naquit Willer. C'est moi. J'ai vu le jour dans une famille plutôt stable et très aisée. Nous n'étions pas réellement nobles, ou peut-être indirectement par une alliance ; en tout cas, la reconnaissance et la fortune de mon père venaient essentiellement de ses relations et de sa profession de juge. C'était un métier qui lui allait plutôt bien, si on considère qu'un juge doit être dénué de compassion. Quoiqu'il en soit, j'ai grandi dans un milieu avantageux, je ne connaissais pas la misère, et ne savais même pas qu'elle existait.


• Enfin, jusqu'au jour où on a commencé à m'emmener au marché. Même si je ne comprenais pas encore tout, j'avais saisi que maman, ayant eu un second enfant, était trop fatiguée pour s'occuper de moi comme avant, et que c'était pour cela que ma gouvernante avait pris le relais. Ça ne me gênait pas, elle n'était pas trop envahissante. En fait, elle était très silencieuse, tellement qu'on pouvait la croire muette si on ne lui posait pas une question. C'était une jeune femme assez particulière. Elle avait un regard à la fois rêveur et concerné, comme si elle avait une manière différente de voir le monde. Et pourtant, malgré son calme, elle avait de l'autorité sur les autres domestiques (elle secondait parfois l'intendante) ainsi que sur... moi. J'étais constamment contraint de l’accompagner quand elle travaillait pour qu'elle puisse me surveiller (car en principe, gouvernante n'état pas son métier). De fait, je me retrouvais parfois aux cuisines, je la voyais parler aux femmes de chambre, et plusieurs fois par semaine, elle m'emmenait avec elle au marché. Une servante aurait très bien pu s'y rendre, mais finalement, je m'y amusais bien. En effet, pendant que ma gouvernante allait causer poivron avec la marchande de légumes, je pouvais aller jouer avec les enfants du village. Ils n'étaient pas très propres, et il y en avait un ou deux dont l'élocution laissait à désirer, mais ça n'avait pas d'importance. Je ne savais pas s'ils me voyaient comme leur ami, car ils ne fonctionnaient pas comme les enfants "de mon monde" que je comprenais un peu mieux, mais je les considérais en tant que tel.


• Néanmoins, avec le temps, on cessa de m'emmener au marché. En grandissant, j'avais de moins en moins besoin d'une gouvernante, et je cessai donc de passer mon temps à la suivre, laissant la place à ma petite sœur Ava. De même, je commençai à avoir des cours avec des professeurs qui venaient à la maison régulièrement, et je n'eus de fait plus vraiment de raisons pour sortir. Par ailleurs, mon père n'appréciait pas trop le fait que je passe mon temps à traîner dans la poussière avec les enfants du village, et bien qu'il ne me donna pas de restrictions à ce sujet, je fis en sorte de faire ce qu'il attendait de moi. C'est le comportement que j'avais adopté à cette période : ne rien faire qui lui déplaise. Car l'argent ne m'assurait pas tous les bonheurs, et l'amour paternel me manquait un peu trop à l'adolescence. Je suivais donc mes cours avec rigueur, pour ne pas devenir ignare et me démarquer des autres. L'éducation physique comptait également, car comme disait père, il faut cultiver l'esprit comme le corps ; mais je n'avais aucune connaissance des armes, c'était encore un autre monde que le mien, et je laissais la guerre à d'autres. Ava avait beau se moquer de moi quand je parlais sans réfléchir pour aller dans le sens de notre père, il fallut que j'atteigne mes vingt ans pour me rendre compte qu'essayer de s'en faire remarquer était vain. Si même ma sœur n'avait pas su obtenir son affection, à quoi bon perdre mon temps avec un homme comme lui.

• Ainsi, au lieu de me rendre chez un maître d'arme engagé par mon père, je trouvais toujours une occupation différente, que ce fut au village ou ailleurs. Cela ne dérangeait nullement le maître qui était déjà débordé et qui était tout de même payé pour ces cours fantômes, même si je pense qu'il n'avait pas compris grand chose à notre marché, ni à la provenance de l'argent. Quoiqu'il en soit, ce fut par mes escapades régulières que je retrouvai une amie d'enfance, une vieille connaissance rencontrée au village lorsque petit, j'accompagnais ma gouvernante. J'avais presque fini par l'oublier, après tout ce que je m'étais mis dans la tête ces dernières années ; et pourtant, plus nous nous voyions, plus elle m'était indispensable. Tellement que je n'avais même pas pensé au pétrin dans lequel je m'enfonçais en tombant amoureux d'une fille que mon père n'accepterait jamais dans la famille, jusqu'à me déshériter s'il le fallait. Et il fallait le dire, sans argent, je n'étais capable de rien : mes cours ne m'avaient pas enseigné à vivre comme un artisan, mais comme un intellectuel (à l'exception de ceux que je ne suivais justement pas chez le maître d'armes). Mais j'en avais assez de devoir penser à tout, de vivre de la manière que mon père m'avait prescrite, et de m'ennuyer dans des règles trop strictes pour être sensées.
Un soir, cette fille vint jusqu'à chez moi avec des problèmes. De graves problèmes. Elle avait tué un homme et s'était mis des pirates à dos ; alors je l'avais caché chez moi. Ce n'était pas le genre de soucis que je pouvais rencontrer habituellement. Ainsi, comme je ne savais pas comment la rassurer, mais qu'il me déplaisait de la voir dans cette détresse, je me souviens l'avoir prise dans mes bras. Puis de fil en aiguille, et en admettant nos sentiments partagés, ce qui se passa cette nuit... N'appartient qu'à nous.

• Le lendemain, la boutique des marchands de tissu - sa famille - était en flammes.
Elle n'avait trouvé d'autre solution que boire à la taverne, et je n'avais pu trouver mieux que  de l'accompagner. Pendant qu'elle buvait pour noyer - ou alimenter - sa colère, je réfléchissais à une manière de l'aider. J'aurais pu la cacher chez moi, d'une manière ou d'une autre ; mais dans ce cas, je n'aurais rien pu lui offrir sinon être domestique. Ou nous pouvions aller chez quelqu'un de ma famille, un de ces cousins nobles, qui aurait compris ma détresse, et m'aurait aidé sans que père ne trouve rien à redire (car sans eux nous n'aurions aucun lien avec la noblesse). Pourtant c'était impossible. Car mon père avait de quoi m'empêcher d'être avec elle. Peut-être que je manquais de discrétion, ou peut-être que lui avait manqué de confiance à mon égard ; en tout cas, il savait que je passais du temps avec elle. Il avait même trouvé sur elle des informations que j'ignorais. Elle ne m'avait jamais dit que ses parents avaient été des pirates, et mon père s'en était chargé à sa place. De fait, aucun des scénarios auxquels j'avais pensé n'étaient possibles ; ils auraient même mis Riwana et sa famille en danger.
La suite des événements avait été trop confuse pour que j'eusse le temps de chercher plus loin. De même, nous n'avions pas vraiment les idées en place, car portés peut-être par des émotions qui nous dépassaient. En effet, nous étions allés mettre le feu au bateau des pirates qui avaient brûlé sa maison. Malheureusement, ces mêmes pirates étaient cachés à l'intérieur et nous attaquèrent par surprise. Mais le véritable danger provenait des flammes que générait Riwana, aussi incontrôlables qu'elle. Quelques heures auparavant, j'avais partagé sa colère ; à cet instant, j'avais surtout peur qu'elle finisse par se faire du mal par excès de rage. J'avais beau l'appeler et lui dire que nous devions partir, elle ne m'avait pas entendu. En l'accompagnant, j'avais voulu l'aider, mais au final, je l'avais encouragé à faire une bêtise. Heureusement, nous réussîmes à nous échapper vivants.


• Finalement, elle me demanda de partir avec elle.
Mais je ne pouvais pas. J'avais des tas de raisons, plus ou moins bonnes, de refuser et tristement, je n'hésitai pas en lui répondant que non, je n'irais pas avec elle.
Si j'étais parti, mon père aurait très bien su avec qui, et la famille de Riwana aurait eu des ennuis. Mais il faut l'avouer, ce n'était pas ce à quoi j'avais pensé quand j'avais refusé. Bien plus égoïstement, je ne pouvais pas et ne voulais pas partir à Calormen pour abandonner la vie que j'avais en Archenland. Je ne voulais pas quitter ma mère et ma sœur, même si elles pouvaient se débrouiller sans moi. Je ne pouvais pas vivre autrement, me retrouver sans argent, sans logement, car je ne savais rien faire, et que ce n'était pas cette vie-là que j'avais prévu d'avoir. Au final, il était compliqué de sortir trop longtemps des sentiers tracés par mon père, ma famille ou à ma naissance : je me dis que Riwana et moi avions des vies trop différentes, et qu'à vingt ans, nous ne pouvions pas faire ce que l'on voulait. En tout cas, c'est la vision que j'avais du monde à cet instant.
Je n'eus pas le courage de lui expliquer tout ça. Elle partit à Calormen, et je ne la revis plus. Ma sœur Ava, à qui j'avais raconté les grandes lignes de cette histoire, n'oublia pas de me reprocher d'être resté.

• Satisfait de cette victoire et pensant que j'avais atteint une certaine maturité, mon père m'avait permis comme "récompense" de quitter le manoir familial en m'offrant une demeure que la famille possédait. J'avais des rentes, vivais seul, et avais quelques domestiques ; je ne suivais plus de cours, j'étais libre de faire ce que je voulais. Si je m'ennuyais, il me suffisait de voir des amis ou connaissances, aller dans des soirées, ou passer du temps avec ma soeur. Malgré le fait que je revenais de temps à autres dans la maison de mes parents, essentiellement pour revoir Ava et ma mère, j'avais très peu de contact avec mon père. En fait, nous ne cherchions ni l'un ni l'autre à nous voir, lui parce que les enfants lui avaient toujours été encombrants (surtout les siens), moi parce que je lui en voulais pour diverses raisons. Par ailleurs, sur le plan des actualités, même si les explorations attisaient ma curiosité, je n'y apportais pas une grande attention... Jusqu'au jour où la branche noble de ma famille décida d'y prendre part, perdit à la fois beaucoup d'argent et, malheureusement, des fils partis à l'aventure. Attristé par la dernière nouvelle, je n'avais pas réalisé que ma famille avait par conséquent perdu beaucoup de sa fortune et que mon père, pour sauver les restes, avait cessé de m'envoyer l'argent duquel j'étais rentier. Etant peu dépensier, je mis du temps à me rendre compte qu'au final... Je n'avais même plus de quoi rester dans ma demeure. Il m'avait mis à la rue sans rien me dire.

• Pourtant, je ne suis pas mort sur le palier de la porte en implorant mon père, ou encore au coin d'une ruelle avec la peau sur les os. Ainsi donc, cela aurait pu être pire, même si je n'étais pas particulièrement aux anges.
Après trois jours passés à rechercher du travail, tout en séjournant temporairement à une taverne, je finis par rencontrer mon employeur. C'était un vieillard, que j'avais d'ailleurs rencontré dans le bâtiment où je séjournais, un vieux meunier fatigué par la tâche et par la vie qui avait besoin de quelqu'un pour l'aider au moulin et à transporter la farine et l'huile qu'il produisait aux clients. Lorsque je lui avais proposé mon aide, il avait été peu convaincu, mais accepta quand-même.
Je n'étais pas particulièrement habitué à ce mode de vie. Mais finalement, je me suis fait à l'idée de transpirer et de me balader avec un âne en faisant les allés-et-retours du moulin au village. S'il faut ça pour retrouver ma vie d'avant, alors soit. Car oui, je ne réalise pas encore que ma véritable vie est devenue celle-là. Et je n'ai pas envie de le faire. Ainsi, quand je rencontre une ancienne connaissance, je ne prends pas la peine de lui dire que mon père m'a déshérité et que je suis meunier - pire même, "meunier-assistant". Parallèlement, je ne dis pas aux gens du village que je viens d'un autre milieu que le leur (même si je pense que parfois, certains s'en doutent).



PRÉNOM/PSEUDO :  Marie ÂGE : 18 ans COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? J'ai des relations. VOTRE DISPONIBILITÉ : En période scolaire, je pense que pour rp ce sera plutôt le week end, mais niveau flood, chatbox UU plusieurs jours la semaine. DES REMARQUES, DES IMPRESSIONS : Quand je suis allée voir la fiche d'Artaban/Mélanie, on m'a proposé en bas de la page (dans Sujets similaires) une fiche de perso d'un autre forum dont le titre était "Lord Penguin. Deeper, Complex, Quiet." Je m'en souviendrai. CRÉDITS : Blondie MOT DE LA FIN : Panda.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   Dim 27 Juil - 16:46

JEUNE GOOOOOOMME  hiii MEUH ouiiii 
Bienvenue à toi *-* J'aime beaucoup le début de ton histoire, bon courage pour la suite Câlin
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
0/50  (0/50)
Sacoche:
Sorcière Archenlandaise | Modératrice
Messages : 618
Célébrité : Eva Green
Âge : 31 ans
Humeur : Impériale
Points : 653

MessageSujet: Re: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   Dim 27 Juil - 16:48

Oh yeah, encore un archenlandais What a Face *oui, je l'ai déjà dit sur la CB, mais là c'est officiel UU*
Et puis ce mec est plutôt charmant UU je te harcèlerai pour un lien ma chèvre très cher :3

_________________

Poisons are women's weapons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t78-que-le-monde-me-craigne-autant-que-je-l-ai-craint-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t101-lies-pour-un-jour-lies-pour-toujours-rowena-merrin http://thetimeofconquest.superforum.fr/t97-que-d-aventures-dans-nos-miserables-vies
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
16/50  (16/50)
Sacoche:
Pirate archenlandaise | Admin
Messages : 488
Célébrité : Jena Malone
Âge : 26 bateaux
Humeur : En poussant très royalement un rugissement bestial !
Points : 403

MessageSujet: Re: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   Dim 27 Juil - 19:35

Goat 

Re-bienvenue Willer What a Face

Bon courage pour ta fichounette-béééé UU

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
18/50  (18/50)
Sacoche:
Archenlandaise | Admin
Messages : 629
Célébrité : Natalie Dormer
Âge : 26 ans
Points : 664

MessageSujet: Re: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   Lun 28 Juil - 20:58

(OMG ta signature Olivia chérie O_O Elle gère !)

Bienvenue officiellement parmi nous ma bêêêlle What a Face ravie de voir que tu es à nouveau des nôtres UU et que tu as du coup reprit James mouahaha What a Face (même si Riwana déteste toujours Willer, mais on s'en fout, on s'amusera à les torturer comme il se doit ces sales gosses.)

Bon courage avec ta fiche en tous cas, j'ai hâte de lire I love you cute

_________________
mes rêves sont vides, je ne fais que des faux pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t61-she-was-hurricane-and-suddenly-she-felt-nothing http://thetimeofconquest.superforum.fr/t115-they-say-it-s-what-you-make-i-say-it-s-up-to-fate-it-s-woven-in-my-soul http://thetimeofconquest.superforum.fr/t159-carnet-de-bord http://whathefuckrpg.tumblr.com
avatar

Inventaire
Grade: Petit Faune
Expérience:
18/50  (18/50)
Sacoche:
Archenlandaise | Admin
Messages : 629
Célébrité : Natalie Dormer
Âge : 26 ans
Points : 664

MessageSujet: Re: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   Dim 3 Aoû - 19:57




Félicitations
Te voilà validé(e) !

Bravo ma petite chèvrounette, tu as passé l'étape la plus chiante du forum UU nous te laissons donc passer aux suivantes avec tes fiches de liens, rp, et les recensements et demandes diverses Troll

Et bon jeu à nouveau parmi nous, ravie que tu sois revenue I love you



Ta fiche vient d'être validée par le staff, te voilà maintenant dans le groupe des archenlandais ! A présent, tu peux aller dans toutes les parties du forum. Tu dois, si ce n'est pas fait, recenser ton avatar. Tu peux, entre autres, aller poster ta fiche de liens et en demander pour te faire des amis, des ennemis ou des connaissances. De même, tu peux faire des demandes de rps et créer ta liste de rps en cours ou terminés. Ensuite, il te sera possible de faire une demande d'habitation, ainsi que de recenser ton métier.
Après cela, tu es libre de rp dans toutes les parties du forum consacrées à cela. N'hésite pas à jeter un coup d’œil par ici afin de comprendre comment marche le système de points, très lié à ton activité en rp. Enfin, quand tu le souhaites, la partie flood t'est entièrement ouverte, et tu pourras même faire des rps complètement loufoques de ce côté-là pour sortir un peu du contexte.



_________________
mes rêves sont vides, je ne fais que des faux pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thetimeofconquest.superforum.fr/t61-she-was-hurricane-and-suddenly-she-felt-nothing http://thetimeofconquest.superforum.fr/t115-they-say-it-s-what-you-make-i-say-it-s-up-to-fate-it-s-woven-in-my-soul http://thetimeofconquest.superforum.fr/t159-carnet-de-bord http://whathefuckrpg.tumblr.com

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   Lun 4 Aoû - 19:51

Merci Very Happy
Classe  cute 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque   

Revenir en haut Aller en bas
 

Willer Iskandr • « Si la chèvre avait la queue plus longue, elle pourrait balayer les étoiles. » Proverbe tchèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE CHRONICLES OF NARNIA ™ :: Hors-jeu :: Le Pays d'Aslan-
Carte du monde de Narnia

Se déplacer
Top partenaires


Plus ? + Vous ?